Dans la Nièvre, la gauche veut ouvrir « un nouveau cycle »

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nevers, de notre envoyée spéciale. En bordure d’une route départementale saturée par le vrombissement des motos, un imposant bâtiment surplombe la Loire. Aucun passant alentour. Pas un mouvement, sinon celui du vent. Seules quelques affiches laissent penser que le monstre de béton respire encore. Des lettres se détachent de la façade décrépie : “Maison des sports”, “Maison de la culture de Nevers et de la Nièvre”, “Bourse du travail”.