Claude Guéant et d'autres en garde à vue dans l'affaire des sondages

Par

L'ancien secrétaire-général de l'Élysée et cinq autres personnes dont Emmanuelle Mignon et Xavier Musca ont été placés en garde à vue mercredi dans l'affaire des sondages de la présidence Sarkozy, puis relâchés dans la soirée.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Claude Guéant, l'ancien secrétaire-général de l'Élysée de 2007 à 2011, a été placé en garde à vue ce mercredi dans l'affaire des sondages de la présidence Sarkozy, selon des informations obtenues par Mediapart. On apprenait – peu après la mise en ligne de notre article – par l'AFP que cinq autres personnes avaient également été placées en garde à vue dans le même dossier : Emmanuelle Mignon, alors directrice de cabinet, et Xavier Musca, alors secrétaire-général adjoint, Jean-Baptiste de Froment, alors conseiller sondages à l'Élysée, Julien Vaulpré, son prédécesseur, ainsi que le communicant Jean-Michel Goudard.

Ces six gardes à vue ont été levées mercredi soir.

Ces mesures de garde à vue ont été ordonnées par le juge d'instruction Serge Tournaire, du pôle financier de Paris, chargé d'un dossier de « détournement de fonds publics » et « favoritisme » sur les dits sondages élyséens, mais aussi de « détournement et destruction de biens publics », les archives de Nicolas Sarkozy étant introuvables.

Révélée par la Cour des comptes en 2009, l'affaire des sondages de l'Élysée recèle de folles dépenses engagées par Nicolas Sarkozy auprès de sondeurs amis, parfois sur des sujets concernant l'opposition, ou même sa vie privée. L'affaire avait donné lieu à une plainte de l'association Anticor, en 2010, qui avait été classée sans suite par l'alors procureur de Paris, Jean-Claude Marin, au motif que l'immunité présidentielle s'étendrait aux collaborateurs du président de la République... Anticor avait déposé une seconde plainte, avec constitution de partie civile cette fois, qui a enfin été instruite.

L'enquête en cours porte sur la régularité des contrats conclus sous le quinquennat Sarkozy entre l'Élysée et neuf instituts de sondage, notamment la société Publifact de Patrick Buisson.

Claude Guéant a par ailleurs été renvoyé récemment en correctionnelle dans l'affaire des primes en espèces du ministère de l'intérieur.

Claude Guéant Claude Guéant

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Mis en ligne mercredi en début d'après-midi, cet article a été mis à jour et complété dans la soirée avec la fin des gardes à vue.