Djamel, victime oubliée du 13 novembre

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cet entrepreneur de 36 ans était au café La Belle équipe dans la nuit du 13 novembre. Handicapé, amputé de la jambe droite, il réside aujourd'hui à l'hôtel des Invalides, où sont accueillis les mutilés de guerre. A deux reprises, la maison départementale des personnes handicapées de la Seine-Saint-Denis (MDPH) lui a refusé sa carte d'invalidité, et pourtant, le gouvernement assure que son cas a été réglé.