Affaire des assistants FN: un aveu et des preuves

Par

Mediapart a eu accès à des documents qui montrent « l'absence totale ou quasi totale » de travail au parlement d'une partie des collaborateurs d'eurodéputés FN « et, au contraire, un travail effectué au profit du Front national ». Révélations.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Salut Loup, si tu es contacté par des journalistes sur l’affaire des assistants au PE [Parlement européen] merci de ne répondre à aucun. » La consigne, adressée par email à un assistant parlementaire, est signée Florian Philippot. En cette fin juillet 2015, le parti frontiste est en pleine panique après la suspension par le Parlement européen des salaires de six collaborateurs d’eurodéputés. Le vice-président du FN a compris qu’il fallait garder le silence dans la tempête. Quatre mois plus tôt, la justice française a ouvert une enquête après un signalement du Parlement européen, soupçonnant qu’une partie des emplois des assistants frontistes à Strasbourg soient fictifs.