A l'Elysée, le casse-tête du remaniement

Par

Le jeu des chaises musicales gouvernementales s’annonce compliqué. Nicolas Sarkozy veut poursuivre l’ouverture pour profiter de la pagaille au PS et conforter le Nouveau Centre dont l’appui est nécessaire pour faire passer certaines réformes mais il doit jongler entre les ambitions des uns (Xavier Bertrand), la capacité de nuisance des autres (Patrick Devedjian, Michèle Alliot-Marie, Jean-François Copé), tout en plaçant ses fidèles (Brice Hortefeux, Frédéric Lefebvre). Tour d'horizon des hypothèses envisagées. Lire aussi:

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Aujourd’hui, c’est le flou artistique, résume cet élu proche de Patrick Devedjian, le secrétaire général de l'UMP, évoquant le remaniement du gouvernement prévu pour la fin janvier. Les décisions n’ont pas encore été arrêtées. Tout est en négociation, ça se décantera d’ici deux semaines.» Il faut dire que le jeu des chaises musicales s’annonce compliqué. Nicolas Sarkozy veut poursuivre l’ouverture pour profiter de la pagaille au PS (lire notre article de mercredi) et conforter le Nouveau Centre dont l’appui est nécessaire pour faire passer certaines réformes mais il doit jongler entre les ambitions des uns (Xavier Bertrand), la capacité de nuisance des autres (Patrick Devedjian, Michèle Alliot-Marie, Jean-François Copé), tout en plaçant ses fidèles (Brice Hortefeux, Frédéric Lefebvre).