Et si Montebourg n’avait pas tout perdu?

Le ministre prônait une nationalisation temporaire du site ArcelorMittal de Florange. Il a été désavoué par Jean-Marc Ayrault et a songé à démissionner. Mais dans les rangs de la majorité, son volontarisme est salué. Et beaucoup pensent que l’avenir pourrait lui donner raison.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il a été sèchement désavoué. Après avoir évoqué une « nationalisation temporaire » des hauts-fourneaux d’ArcelorMittal à Florange (Lorraine) et médiatisé son bras de fer avec le patron du groupe Lakshmi Mittal, Arnaud Montebourg a subi ce week-end un lourd revers. Vendredi, le premier ministre Jean-Marc Ayrault (qui ne l'apprécie guère) a officiellement jugé cette piste inopportune. Il a même fait savoir que le repreneur évoqué par son ministre du redressement productif n’était « pas crédible ».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal