«Gabriel Matzneff constitue un super-dominant»

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«C’était important pour moi de faire rentrer dans le champ littéraire la voix d’une jeune fille qui avait été victime. C’est une voix qu’on n’entend jamais en littérature. » C’est par ces mots que Vanessa Springora explique l’objet de son livre paru le 2 janvier, et intitulé Le Consentement (Grasset). Elle y décrit l’emprise dont, enfant, elle a été victime de la part d’un écrivain, Gabriel Matzneff, qui ne cachait pas sa pédocriminalité.