Vichnievsky en Paca: une Verte Ovni

Par

Europe Ecologie organise un meeting national à Nice (Alpes-Maritimes), mercredi 3 mars. Eva Joly vient y soutenir son amie Laurence Vichnievsky (photo), ancienne juge d'instruction à ses côtés dans l'affaire Elf, entrée en politique pour les régionales et tête de liste en région Paca. «Un Ovni politique», selon son adversaire UMP, Thierry Mariani. Enquête.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

De notre envoyée spéciale en Paca,

Ce jour-là, en campagne sur le site nucléaire du Tricastin, Europe Ecologie vient mesurer la radioactivité et déposer une gerbe de fleurs: «Ci-gît la santé publique!»... Des candidats aux régionales, genoux à terre, plantent des bulbes de jonquilles, entre deux flaques de gadoue. Debout, un peu raide, Laurence Vichnievsky, leur tête de liste en région Paca (Provence-Alpes-Côte-d'Azur), en bottes de cuir et jeans «slim», goûte moyennement ce happening. «Je ne suis pas fan...», confie la magistrate parisienne, ancienne juge d'instruction dans l'affaire Elf (en tandem avec Eva Joly). Entourée de Verts historiques, calée entre un syndicaliste de Sud et un «faucheur» anti-OGM, cette «novice en politique», «moyennement gauchiste», récemment décorée de la Légion d'honneur par Nicolas Sarkozy, détonne. Depuis le premier jour, cependant, elle théorise: «La carpe et le lapin, c'est un ticket gagnant, c'est porteur!»

 

Laurence Vichnievsky, tête de liste d'Europe Ecologie en Paca, en campagne sur le site nucléaire du Tricastin  © M.M. Laurence Vichnievsky, tête de liste d'Europe Ecologie en Paca, en campagne sur le site nucléaire du Tricastin © M.M.

 

Ce «Zorro féminin des temps modernes» (selon un électeur conquis) constitue l'une des cartes maîtresses du casting national mijoté par Europe-Ecologie, pressé de rééditer le «coup» des européennes et de confirmer son statut de «troisième force politique du pays». Pour les régionales, le rassemblement présente environ 50% de Verts et 50% d'acteurs de la société civile – au risque de greffes difficiles. Parti en solo au premier tour, il se voit crédité par l'Ifop de 12% des intentions de vote en Paca (contre 29% pour l'UMP, 28% pour le PS et 16% pour le FN). Ici, les points de friction avec le président socialiste sortant, Michel Vauzelle, sont limpides: Europe Ecologie réclame l'arrêt quasi total des financements alloués au TGV et à la construction de routes, ainsi qu'un redéploiement des fonds d'Iter (programme de recherche nucléaire) vers un plan de rénovation thermique des logements (sociaux et anciens).

 

 

Laurence Vichnievsky s'est lancée dans cette bataille cet été, après un coup de fil de son amie Eva Joly: «Réfléchis-y...» En 2000, déjà, elle écrivait dans un livre (Sans instructions), qu'il fallait «pousser les magistrats hors des palais de justice». «Je faisais de l'écologie comme Monsieur Jourdain de la prose, sans le savoir», confie la candidate, administratrice du Domaine du Rayol de 1998 à 2001 (un site du Var racheté par le Conservatoire du littoral, à deux pas de sa villégiature familiale). Avant de poser ses congés pour entrer en campagne, elle a surtout préparé, comme avocat général, l'accusation dans le procès en appel de l'Erika (pétrolier échoué en 1999 sur les côtes bretonnes).

 

«Quand elle a débarqué, c'était pas gagné, relate une colistière, élue Verte. Lors d'une première réunion publique cet automne, consacrée aux transports, elle s'est montrée trop favorable au financement de la ligne TGV. C'était une erreur assez violente pour nous; on s'est dit: “Y a du boulot!” Elle l'a fait. Aujourd'hui, le pari est gagné. Elle n'aura jamais une culture militante, mais le discours est intégré.»

 

La manière, elle, peut décoiffer. Laurence Vichnievsky vient ainsi d'accorder une interview à Moto Magazine, revue de la Fédération française des motards en colère, un lobby qui s'inquiète du «vent de l'écologie» soufflant sur les régionales... La tête de liste y «promeut les transports en commun» et «l'éco-responsabilité»; mais enfreint une certaine orthodoxie, en suggérant des courses de moto «qui auraient comme objectif le moins d'émissions de carbone possible», au lieu d'assassiner les circuits... Au passage, elle détaille la liste des deux-roues qu'elle a enfourchés au fil de sa vie: une Honda 350, une Transalp, une CB 750... Le journaliste se délecte: «Laurence Vichnievsky dispose d'un trail Honda 125 XL, destiné aux balades à la campagne»... Chez quelques militants, ça hérisse.

 

«C'est un OVNI politique, commente Thierry Mariani, son adversaire à l'UMP. Je la vois mal siéger avec les notables Verts de chez nous, des apparatchiks qui se sont laissé absorber pendant 6 ans par la machine Vauzelle (PS).» Ce dernier avait emporté la région en 2004 grâce à une liste d'union (soudée dès le premier tour), et cédé aux écologistes deux vice-présidences. Thierry Mariani souligne la fraîcheur de Laurence Vichnievsky: «Quand elle démarre sa campagne sur le thème “opération mains propres”, alors que des (cadres) du conseil régional sont mis en examen (pour détournements de fonds publics notamment), elle dérange son propre camp.»

 

 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous