Macron face à l’insurrection par les signes

Par

L’affaire Benalla poursuit Emmanuel Macron comme son ombre. Les « gilets jaunes » le cernent tels les oiseaux de Hitchcock appelant à sa démission. Si le président s’efforce de donner le change en multipliant les interventions publiques, la confusion des signes est à son comble et les révélations de l’affaire Benalla sont en train de virer à la crise de régime.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Ce quinquennat est fragile, fragile, fragile », déclarait Philippe Grangeon en mars 2018, huit mois avant le mouvement des « gilets jaunes ». Ce fidèle d’Emmanuel Macron, qui plaidait depuis le début du quinquennat pour de meilleures relations avec les corps intermédiaires, va rejoindre l’Élysée en tant que conseiller spécial à partir du 4 février pour réorganiser la communication présidentielle. Mais n’est-ce pas trop tard ? Et s’agit-il seulement d’un problème de communication ? « Le Titanic avait un problème d’iceberg. Pas un problème de communication », a twitté un jour Paul Begala, l’ancien conseiller de Bill Clinton pourtant grand communicant devant l’Éternel.