Aux prud’hommes, une travailleuse sociale licenciée après avoir dénoncé des dysfonctionnements

Par et Samantha Rouchard (le Ravi)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans la petite salle des prud’hommes de Marseille, ce 11 septembre 2019, l’ambiance est tendue. Laurence M., ex-veilleuse de nuit dans une maison d’enfants à caractère social, demande à être reconnue comme lanceuse d’alerte. Son employeur, Vincent Gomez-Bonnet, le directeur de l’association Fouque, présent, conteste sa bonne foi.