Droit au logement: le règne de l'arbitraire

Par
Après deux ans d'existence, le droit au logement opposable reste une réalité virtuelle comme le prouvent les derniers chiffres que s'est procurés Mediapart. Mais aussi une réalité qui diffère selon les départements et les commissions, comme le montre le suivi d'une réunion dans le Val-d'Oise.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Une femme de 53 ans vit dans une chambre de 12 m2 dans un hôtel de Goussainville où elle paye 550 euros (son salaire: 1.073 euros). Est-elle éligible au Droit au logement opposable (DALO)? Non, dit la commission de médiation du Val-d'Oise. Certes, elle a fait une demande de HLM mais à Paris. Pas dans le département.