Lycée pro : « On leur demande d'aller en haut de l'échelle, mais on a retiré les barreaux »

Trois ans après l'entrée en vigueur de la réforme du lycée pro, un prof de Villefontaine, dans l'académie de Grenoble, raconte comment celle-ci a, contrairement aux objectifs affichés, favorisé le décrochage scolaire dans une filière où sont scolarisés un tiers des élèves après la troisième.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Il y a trois ans, le lycée professionnel faisait peau neuve en alignant son cursus sur la voie générale. Pour revaloriser une filière souvent assimilée à une voie de garage – mais où sont tout de même scolarisés 700 000 élèves –, la voie professionnelle conduit désormais à un bac en trois ans au lieu de quatre et les BEP, mal reconnus par le monde professionnel, ont été pratiquement supprimés. Laurent Garino, prof de vente dans un lycée professionnel près de Grenoble, la cinquantaine, assure avoir attendu longtemps la réforme… « Il fallait une réforme ! Avec un BEP vous n'allez pas très loin sur le marché du travail. Au départ, j’ai pensé que cela pouvait tirer les élèves vers le haut. » L'idée de revaloriser l'enseignement des langues, comme dans la filière générale, lui paraît judicieuse. Le problème, selon lui, « c’est qu’il y a eu beaucoup d'affichage mais qu'on n’a pas mis les moyens derrière ». « Vous modérerez mes propos ? Parfois je m'emporte, s'excuse-t-il, mais j'ai beaucoup de colère ! »

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Art — Enquête
par Antoine Pecqueur
France — Enquête
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Les rendez-vous de Mediapart
par La rédaction de Mediapart
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Santé — Analyse
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Le procès des attentats du 13-Novembre
Pourquoi Salah Abdeslam n’a pas convaincu la cour d’assises
Dans son verdict condamnant le dixième homme des commandos de Paris à une peine de perpétuité incompressible, la cour d’assises spéciale souligne « son absence de réflexion réelle » et « sa volonté de ne pas trahir l’État islamique ».
par Karl Laske
Le procès des attentats du 13-Novembre — Chronique
Georges Salines : « Impossible de ne pas me sentir concerné par le sort des accusés »
Pendant toute la durée du procès, sept victimes des attentats ont écrit et décrit leurs sentiments. En ce dernier jour du procès, le père de Lola, assassinée au Bataclan, s’interroge sur le sens des peines prononcées.
par Georges Salines
Europe — Chronique
L’Otan, le Prado et les « Ménines » de Velázquez
Retour sur une étrange soirée en marge du sommet de l’Otan à Madrid, où les dirigeants, après avoir annoncé des milliards de dollars pour renforcer leur présence militaire sur le continent, se sont mis à contempler les « Ménines » de Velázquez au musée du Prado.
par Ludovic Lamant

Nos émissions