Le Conseil constitutionnel casse (partiellement) la loi «anticasseurs»

Par

Les membres de l’institution ont retoqué jeudi l’article 3 de cette loi controversée, qui permettait à l’autorité administrative d’interdire des citoyens de manifestation. Une censure a minima.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est une petite victoire politique pour Emmanuel Macron, et un soufflet humiliant pour Édouard Philippe et Christophe Castaner. Saisi en mars dernier par le président de la République, le Conseil constitutionnel vient en effet, ce jeudi 4 avril, de censurer une des dispositions les plus sécuritaires et les plus critiquées de la loi « anticasseurs », et qui était soutenue par le premier ministre et le ministre de l'intérieur, reprenant à leur compte une proposition issue de la droite sénatoriale.