(3/3) Jusqu'au bout, l'Elysée aura couvert ses affaires avec Patrick Buisson

L'affaire des sondages de l'Élysée n'est sans doute pas terminée, malgré l'obstination du pouvoir à l'enterrer. Les activités fructueuses du conseiller Patrick Buisson, dont la société Publifact a commandé une multitude de sondages, restent opaques : l'Élysée refuse de rendre les documents publics, malgré l'injonction du tribunal administratif. Mais de nouvelles procédures sont envisagées.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Jusqu’au bout, Nicolas Sarkozy aura couvert Patrick Buisson, son conseiller « Opinion ». Jusqu’aux derniers jours, pour mieux dissimuler ses propres turpitudes, l’Élysée se sera acharné à protéger cet ancien journaliste d’extrême droite reconverti dans les sondages, dont le contrat passé avec le Palais (entre juin 2007 et avril 2009 sans le moindre appel d’offres) a été jugé « exorbitant » et irrégulier par la Cour des comptes. Alors qu’une décision de justice du 17 février contraint la présidence à faire la transparence sur tous les détails de ce marché (2,6 millions d’euros d’argent public sur la période incriminée), l’Élysée refuse obstinément de s’exécuter.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal