Corse: les enquêtes sur les actes visant les musulmans somnolent

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Comme une impression de déjà-vu. Samedi 30 avril, la ville d’Ajaccio (Corse-du-Sud) s’est de nouveau réveillée avec les images d’un lieu de culte musulman ravagé. Quatre mois après les “ratonnades” de Noël et le saccage de la salle de prière du quartier populaire de Saint-Jean, c’est celle de Mezzavia, au nord de la commune, qui a été détruite par le feu au petit matin. Rapidement, le procureur d’Ajaccio, Éric Bouillard, et le préfet de Corse, Christophe Mirmand, ont indiqué que la piste criminelle était privilégiée, des « traces d’hydrocarbures » ayant été découvertes par l’équipe technique de la police. « Il faut toutefois rester prudent sur la raison exacte de l’incendie », insiste le préfet auprès de Mediapart, trois jours plus tard.