Des manifestants ordinaires ébahis de se retrouver devant le tribunal

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’attitude des policiers a beaucoup fait parler et pleurer dimanche 1er mai. Les gaz lacrymogènes ont en effet rythmé le défilé d’une fête du travail bien peu festive. La police a interpellé 11 personnes place de la Nation, à Paris, où le ministre Bernard Cazeneuve a regretté « des incidents inacceptables de la part d'une minorité marginale et violente », tandis que le préfet de Paris, Michel Cadot, pointait des « tirs de gaz lacrymogène et jets de projectiles sur les forces de l'ordre ».