Croquis. De la dédiabolisation à la «racaillisation»

Par

La France vient d’assister au pire débat d’un second tour de l’élection présidentielle. Marine Le Pen a étalé sa violence et son inconsistance, mais sa présence à ce niveau révèle aussi une crise de la démocratie française.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Marine Le Pen a-t-elle préparé son débat d’entre-deux-tours en pensant à ceux qu’elle dénonce à longueur de discours quand elle parle de « racailles » ? De la première minute à la dernière, elle a mimé leur caricature, pratiquant la violence et l’invective et se plaignant de la subir.