«A l’air libre»: emballement judiciaire à Bure, ce que révèle la pénurie de médicaments

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Cela ne nous empêche pas de penser...A voir. Enfin on imagine le débat sur Bure entre journalistes militants et les militants eux mêmes.

La pensée du jour revient donc au philosophe Allain: Quand dix personnes qui pensent la même chose se réunissent, elles ne pensent plus. 

 

Haaa ALAIN ... EMILE et son langage de CHARTIER ...  wink

 

   "Résistance et obéissance, voilà les deux vertus du citoyen.

Par l'obéissance, il assure l'ordre ; par la résistance , il assure la liberté."

 

" Les nations étant inévitablement plus bêtes que les individus, toute pensée a le devoir de se sentir en révolte."

-------------------------------------------------------------------------

Pour qu'un être se comprenne, il lui faut quelqu'un qui le comprenne  et pour que ce quelqu'un le comprenne , il lui faut comprendre ce quelqu'un ...

wink c'est comme cela que je "résumerais" ALAIN , pour le peu que l'on puisse le résumer  ...

-------------------------------------------------------------------------

bon , du coq à l'âne ... laughing

 

pour habiter une cité voici quelqu'un qui explique clairement la situation des cités en france ...

Question : pourquoi l'état laisse t-il faire ??

Émeutes dans les banlieues : " Il y a une grande lâcheté de l'appareil d'État " © Sputnik France

Franchement pas fiable le "criminologue". Délaisse très rapidement les faits pour sombrer dans la "narratologie" imaginante la plus plate (les rêves haschichin d'un boucher sont les rêves d'un boucher), où toute rigueur fait lors défaut (puisqu'on invente en imaginant "logiquement", selon un biais "bouvard et pécuchet"). Les sources serbes traduit en "rondouillard hausmanien", cà donne la chaire de "criminologie" du CNAM - le thing thank idéologique des industries de la surveillance-confinement. Dans le "délire surinterprétatif", où tout est codé en des signes que seuls les initiés du Temple connaissent, un zeste d'ethnologie "sauvage" sur le fantasme du "clan matri-linéaire"... toutes les obsessions ressortent dans une maladroite tentative de "rationalisation cohérente" (qui se réduit à la seule logique du symptôme paranoïaque). Le double-bind du "on contrôle tout parce qu'on contrôle rien", son mauvais infini totalitaire sadique-anal, "prisonnier du scenario". 

bonjour à tous .

je ne vais pas répéter tout le bien que je pense de votre émission...

J'ai une question pour qui au sein de votre rédaction aura les compétences pour y répondre.

dans votre sujet, vous évoquez le fait qu'il y a eu délocalisation de la production de médicaments pour des raisons de rentabilité. Ok. Mais pourriez vous estimer la part des salaires des opérateurs dans le prix final ?

Je pense que ce type d'analyse pourrait être fécond en termes de prise de conscience.

J'ai le souvenir d'une étude (dont j'ai parfaitement oublié les références) qui dévoilait que dans le prix d'une voiture, le coût des salaires seuls 10% correspondait coût final.

Je crois bien avoir lu (où ?) que sur un produit Apple, 40% revenait directement aux actionnaires.

merci pour la qualité de votre travail.

 

 

qu'est ce que le travail ?

 

Travail | Travail, Salaire, Profit - Épisode 1 | ARTE

Excellente question, j'ai même lu que la part des salaires dans le prix de revient des autos construites en France est de 5%!!!

Pour ces voleurs c'est toujours de trop

Le marché est la solution selon nos gouvernants. La démonstration est faite par la crise actuelle. Le bénéfice prime car il n'y a plus de marché les grandes firmes ont verrouillées la production tout passe par eux ils recherchent sur font public ou en utilisant l'argent donnée par des associations puis ils déposent un brevets pour leurs profits. Nos guignols du gouvernement les soutiennent et font leurs possible pour nous endormir avec leurs discours. L'instruction sur bure est également dans la même logique, elle intéresse les puissants car celà gênent leur petite pratique. Pour le terrorisme aucun intérêt pour eux ils sont très peu concernés par les tueries à quoi bon depenser de l'argent.

Alain, Nicht Allein, Or Allan (Edgar Poe ?). Franchement quand on veut être cultivé, on ne méprise pas ainsi le lecteur. Vous participez bien des moeurs décadentes du macrono-sarkozysme (la Princesse de Clèves...). Même lorsque vous cherchez à vous élever, vous retombez aussi sec dans le mépris, la méprise, la goujaterie. D'autre part vous manipulez bien imprudemment un "sujet dynamite", hautement inflammable et explosif : le dossier Chartier, car de même il - a eu le scandale des "écrits noirs" de Heidegger (son antisémittisme maintenu jusqu'à sa mort), il y a eu la publication des "écrits clandestins" de Chartier, franchement honteusement antisémite, collabo, pré-vychiste. Et qui sème le "trouble" sur l'humanisme de Alain, sur les troubles et sortilèges d'une oeuvre essentiellement "littéraire", rhétorique, moins axée sur les "valeurs" d'authenticité que l'humanisme philosophique appelait. Charles Péguy est, dans un style approchant, de ce point de vue de la "cohérence esprit/pratique, une référence morale plus authentique, mieux assurée. 

Ce type de mega-instruction, impliquant ici au bas mot, un millier de personnes, alimente les fichiers de renseignement et d'interdictions professionnelles, des cellules sécurité de ces très grandes entreprises, qui se revendant aux TGE de collectes-distributions des "corruptions locales" (tous les "fournisseurs"), qui tendent à acheter et contrôler les personnels politiques locaux. "Ecarter les indésirables", participent de ces manoeuvres. Les "dossiers d'instruction" alimentent des "fichiers privés", qui circulent, se dealent... Un suivi "prosopographique" de la "gestion prévisionnelle des emplois et des carrières", entreposé de l'autre côté du miroir des fichiers déclarés. Une "mise à jour" d'un ancien système de stockage de données, et les "duplications" préventives de "traçage", "suivi-traitement", tiré de "modèle". Evidemment que l'on confie les rênes de l'(ir)responsabilité à des "nubes" débutant, dans le sous-arrondissement de Bar-le-Duc (mais pour une duplication "nationale", et de coopération judiciaire intra-européenne), où Bar-le-Duc réapparaît comme une enclave du Grand-Duché de Luxembourg, avec privilèges d'extra-territorialité, à la requête de Clearstream-CIGEO (secrets défense)- la sécurité des installations est de fait comme de droit sous une "Juridiction OTAN", tous les états riverains ont droit de regard... Les moyens déployés sont ceux d'une enquête de "sécurité militaire", et des techniques des grands groupes du "complexe militaro-industriel", qui aurait pu être réalisé, en dehors de toute procédure judiciaire. Ici, c'était utiliser un complexe outillage industriel pour écraser une mouche... et la laisser s'échapper. Le comptable comprendra la nature budgétaire du problème, en transférant des charges indues, à des maintiens de dotation en trompe-l'oeil. Mais combien de dizaines, centaines de millions CIGEO est-elle prête à dépenser dans ce genre d'affaire ? 

La première chose à faire serait de "mettre en examen" le juge, et un responsable du parquet local, afin de "comprendre", les injonctions et les motivations qui les ont conduits à adopter un comportement aussi aberrant voire démentiel ? Les enquêtes, "ne période de  confinement", bénéficient peut-être d'un penchant à l'autosubversion, à la confession, au rachat offert au besoin d'avouer.. qui permettraient, non  de s'indigner, de pleurer, et de s'échauffer.. mais déjà de "comprendre". L'application de "strictes mesures d'exception", mais "hors cadre des procédures d'exception" (pas de parquet centralisé d'exception, ni pool de juge des "juridictions d'exception"). Des juges et des magistrats ordinaires, "autoproclamés" "juges de juridiction d'exception. (pool anti-drogue, "pool anti-mafia", "pool anti-terroriste", "pool trafics des êtres humains"...), qui dispose miraculeusement, au fin fonds de la Meuse, de tels moyens, déjà techniquement, "exhorbitants" (il n'y a pas eu le commencement de "mort d'homme", ni mêmes blessures sérieuses..), pour un résultat, pénalement, néantissime ! Au prix d'entorses aux règles minima de protection du droit de la défense et donc de la personne de l'avocat, qui nous relègue au voisinage de la Turquie dans le classement du Conseil de l'Europe. Aux prix de la persécution gratuite de citoyens innocents, coupables de leur engagement civique de "responsabilité" ! 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous