«Le “nudge”, c’est une rustine sur les manques de l’Etat»

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

  • Nouveau
  • 04/05/2021 20:11
  • Par

Le Roi est nudge !…

Merci mme Chabal pour votre analyse : je comprends mieux d'où vient cette stratégie.

Si je comprends que toute étude s'appuie sur des hypothèses, il me semble qu'en tant que citoyen, je sois plutôt fondé à considérer que nous sommes parallèlement doué.e.s d'émotions ET de rationnalité.

Et qu'individuellement, autantque collectivement, nous fonctionnons mieux lorsque nous arrivons à articuler les deux.

Ainsi donc, dans l'objectif de regarder un peu plus loin que le bout de mon nez, je me dis que communiquer pendant plus d'un an en jouant sur les biais cognitifs des citoyen.ne.s n'est pas sans conséquences sur les relations entre individus et groupes sociaux.

Peut-être que nous gagnerions collectivement à nous coordonner entre adultes responsables plutôt que d'essayer de nous faire croire que Macron est un papa bienveillant...

Cette connerie de "nudge" (encore un truc débile importé des US) est une manipulation qui bien sûr plaît beaucoup à MACTRUMP, une rustine à l'incompétence, brouillon ce truc Inspirons nous en pour en faire le contraire : dénudgeons et prenons les décisions inversés chacun à notre niveau 

  • Nouveau
  • 04/05/2021 20:15
  • Par

le meilleur des mondes...est douce influence, y compris in utero (dystopie en cours)

Tant de reproches à l'encontre de Macron ! Pourtant vous avez tellement participé à son élection ...

Pas moi, ni au premier tour, ni au second. Mais c'était être pris pour un Cassandre par les bien-pensants notamment socialistes que d'argumenter sur la méfiance à avoir face à un produit de l'énarco-finance jamais élu mais omniprésent dans les média. 

...ni moi...

Et? 

C’est une question de point de vue, prenez un peu de recul.

A tous les neu-neus qui reprochent aux électeurs de gauche du 1er tour d'avoir voté contre les fachos au 2ème tour, rassurez-vous: en 2022, vous aurez les fachos au pouvoir, il vous restera vos yeux pour pleurer et même plus médiapart pour écrire vos c....... car ce média sera dissout dans les 1ères heures suivant l'élection.

Il n a pas été élu par la majorité des français..beaucoup de votes contre son adversaire et les abstentions...Il serait intéressant de connaître le vrai %. 

  • Nouveau
  • 04/05/2021 21:24
  • Par

Sur le Nudge :

Entretien débonnaire et instructif sur l'infiltration tous azimuts du comportementalisme à formater insidieusement la passivité individuelle et obtenir un laisser aller à cocher la case préétablie, évidemment la manipulation électorale, enjeu privilégié, est déjà en roue libre à fond les nudge  pour les prochaines échéances .

Une réserve cependant, on ne distingue pas nécessairement dans la présentation ce qui est à proprement parler produit ou créé de toutes pièces par la prétendue science comportementale de ce que ses tenants ne font en fait que récupérer des conduites usuelles de tout un chacun, trier puis resservir à la vente comme produit inédit.

Toujours est-il que l'on observe aisément sur les médias grand public une mise à distance exponentielle du naturel de l'expression personnelle des divers « agents d'information »  concomitamment à une diffusion d'injonctions comportementales directes soudaines et abusivement familières à la 2ème personne de l'impératif façon école primaire : " écoutez, restez avec nous, soyez prudents,... " desquelles une des plus paradigmatiques consiste dans les présentations météo TV ou autres à asséner par intermittence « regardez ! » aux...spectateurs, ce qui vise à force de répétition à leur faire prendre leur propre regard pour une réponse à l'injonction systématisée qui en colonise progressivement la subjectivité et le libre arbitre.

Bientôt les discours «politiques» du Grand Algoritme par voix synthétiques ?!

  • Nouveau
  • 04/05/2021 22:18
  • Par

Perso le nudge me rappelle toujours l’inoubliable nudge nudge de Monty Python.

https://www.youtube.com/watch?v=4Kwh3R0YjuQ

Excellent excellent ! Merci merci pour cette référence !

Woke, nudge, c’est tout?

Il faudrait peut-être laisser parler l'invitée, on l'entend à peine, et juste pour confirmer les propos de l'interviewer...

Exact. Le temps de parole du "journaliste" est supérieur à l'invitée. C'est le syndrome France inter.

Excellente émission une fois de plus. Très instructive cette introduction comparative Biden vs Macron.

Mais, Monsieur Magnaudeix, Barbara Stiegler a parlé sur ce même plateau de la technique du nudge... voir aussi son tract « de la démocratie en pandémie »...

un bon complément d’info aujourd’hui 

Pourquoi ne pas employeur des mots simples , je n'arrive pas à pijer les "nudges" je ne serais pas capables de l'utiliser sans savoir ce que ça regroupe, on ne peut pas faire plus clair ?

"Incitation douce, non saillante, furtive" ?

C'est la nouvelle manière tendance de parler de l'usage des biais cognitif par la propagande (marketing politique ou économique).

Par exemple, quand Edward Bernays parle dans les années 20 de la manière dont il a utilisé les suffragettes pour faire fumer les femmes, c'est la même technique que de faire vacciner Veran ou Castex qui est présenté dans l'interview.

Pour "piger les nudges" https://www.francetvinfo.fr/replay-radio/le-choix-franceinfo/le-nudge-manipulation-douce-pour-temps-de-crise_4346415.html

Extraits

"En français, on traduirait "nudge" par "coup de coude". Le concept est issu des sciences comportementales, il a été théorisé en 2008 par deux économistes américains, Cass Sunstein, et Richard Thaler (lauréat du prix Nobel d'économie en 2017). Sur la couverture de leur livre, un grand éléphant guide un petit éléphant. C’est le principe du "nudge", parfois décrit comme "paternalisme libéral" ou "manipulation douce" : à partir d’une connaissance fine des mécanismes de choix d'individus parfois irrationnels, les mener vers le meilleur choix, pour eux-mêmes et pour les autres, avec pour objectif l’intérêt général.

Quand le gouvernement veut que les Français laissent les masques FFP2 et les masques chirurgicaux qui manquent aux soignants, il baptise les masques en tissu "grand public". C’est un "nudge". Pour leur faire comprendre que l'on n’est pas face à une "petite grippe", on leur assène le nombre de morts tous les soirs."Nudge" encore. Pour qu’ils réfléchissent à deux fois avant de sortir, on leur demande de remplir une attestation complexe. "Nudge" toujours.

"La norme devient la vaccination"

Le leader du "nudge" en France, c’est la société de sondage et de conseil, BVA, sous l’impulsion de son directeur général, Éric Singler. Dans un spot publicitaire destiné à ses clients, BVA vante les vertus du "nudge" : "une puissance remarquable, pour un coût très faible".

Le prochain "nudge" auquel réfléchit Éric Singler : inciter les Français à se faire vacciner. Le "nudge" joue sur plusieurs cordes, explique-t-il. D’abord il s’agit de faciliter le "bon" choix : "plus on crée de centres, plus on crée des points de décision".

Ou encore : 

https://www.franceinter.fr/politique/le-nudge-cette-maniere-douce-de-convaincre-les-francais-en-periode-de-crise?fbclid=IwAR04AsMTyLGw7WTO5-_oXNWqIm6sZRjkZL5myZnSUdlR5V7R8dBYCaYXK0o

"L’hiver dernier, c’est Eric Singler, directeur général du groupe BVA et spécialiste de "nudge", qui a eu l’idée des "première, deuxième et troisième lignes" pour motiver, distinguer tous ceux qui devaient aller travailler malgré la peur du virus. Un concept qu'on a retrouvé jusque dans les discours d'Emmanuel Macron. "Il fallait les nommer, pour que ces gens-là se reconnaissent", explique Eric Singler. "Qu'ils soient fiers d'appartenir à ces professions essentielles."

Aujourd’hui, il planche sur la vaccination, ou comment persuader ceux qui hésitent encore. "Si vous voyez autour de vous des gens qui comptent pour vous, et qui se font vacciner, par exemple votre médecin personnel, c'est ce qu'on appelle l’effet de l’émetteur." Un effet appliqué jeudi dernier par Olivier Véran, qui a fait intervenir une médecin généraliste juste après son propre discours."

Et enfin :

https://www.lefigaro.fr/politique/qu-est-ce-que-le-nudge-methode-douce-pour-faire-passer-la-pilule-des-restrictions-sanitaires-20210324

"Du côté scientifique, l'apport des sciences comportementales dans la gestion du Covid-19 pourrait aller plus loin encore. «L'aspect médical n'est qu'une facette de la crise sanitaire. La seule manière de lutter contre ce virus, c'est de changer de comportements, affirme Olivier Oullier, professeur en neurosciences à l'université d'Aix-Marseille. Prenons les allocutions présidentielles : analyser les activités cérébrales de l’audience pour connaître le niveau d’attention, de concentration et d’adhésion au discours prononcé, permettrait de produire un discours beaucoup plus efficace».

Le première fois que j'ai entendu parler de "nudge" à la radio, un nouveau mot anglais entré dans la langue française (comme si  nous n'en avions pas déjà assez) qui veut dire "coup de coude", voilà ce que j'ai pensé : 

Nudge est fait pour remplacer "coup de pouce" en Français dont le sens est clair, c'est pour aider. Or, nudge (coup de coude) est une incitation à accepter ce qui est proposé; cela n'a donc rien à voir avec notre coup de pouce qui est fait pour favoriser une initiative considérée comme bonne et donc faite pour aider la personne qui en est l'auteur.

Le nudge est en réalité une manipulation. Vous poussez quelqu'un à être d'accord avec vous en lui donnant un coup de coude, geste à priori sympathique mais qui vous contraint plus ou moins à être d'accord...

Je ne sais pas si ce sera plus clair pour vous... undecided

Le coup de coude (nudge) remplace le coup de pouce (pour aider) de la même façon que le "principe de précaution" a été remplacé par le "principe d'innovation" (où toutes les inventions les plus folles sont permises).

Très difficile de dire de quoi il s'agit : ça réunit beaucoup de méthodes de manipulation qui ne reposent pas sur les mêmes mécanismes cognitifs (et d'ailleurs c'est les utilisateurs du nudge qui appellent ça comme ça, sinon c'est un concept creux). 

A tous les neu-neus qui reprochent aux électeurs de gauche du 1er tour d'avoir voté contre les fachos au 2ème tour, rassurez-vous: en 2022, vous aurez les fachos au pouvoir, 

Pour nous convaincre nous les neu-neux vous devriez calmement nous expliquer en quoi le RN serait pire que Macron car en ce qui me concerne aujourd'hui les fachos modernes( par les chemises brunes de 40) sont au pouvoir.. Une vision totalitaire sur le plan économique, l'utilisation systématique de la police pour casser les oppositions et les manifestations dans le m^me temps ou le président squattent pendant des heures toutes les chaines d'info aux mains de milliardaires .  Tactique du nudge dans un article sur le nudge il fallait le faire.

  • Nouveau
  • 05/05/2021 11:01
  • Par

Le mot de facho ne me paraît pas juste, c'est plutôt de l'ultra libéralisme qui exige un niveau de répression important pour se maintenir et il faut le combattre en tant que tel, en partculier sur le fait qu'il déstructure la société et ne laisse de la place pour les possédants

Dans Retour au meilleur des mondes, publié en 1958, Huxley écrivait : Dans les dictatures plus efficaces de demain, il y aura sans doute beaucoup moins de force déployée. Les sujets des tyrans à venir seront enrégimentés sans douleur par un corps d'ingénieurs sociaux hautement qualifiés. Un défenseur enthousiaste de cette nouvelle science écrit « Le défi que relève de nos jours le sociologue est le même que celui des techniciens il y a un demi-siècle. Si la première moitié du vingtième siècle a été l'ère des ingénieurs techniques, la seconde pourrait bien être celle des ingénieurs sociaux ».

Aujourd’hui, la dictature plus efficace de demain » est advenue. Nous en sommes au nudge, à la fabrique de l’opinion, à la fabrique des comportements, qui permettent de changer les idées et les visions du monde.

Mediapart y participe d’ailleurs, en donnant par exemple la parole à Mélanie Heard, qui peut développer son projet de modification des comportements sans problème dans ses colonnes. Pour ces ingénieurs sociaux, le problème n’est pas tant d’éclairer le citoyen, mais de lui donner les éléments (et uniquement ceux-là) pour qu’il accepte les politiques mises en œuvre.

Dans une note de Terra Nova sur l’intérêt des dispositifs de traçage numérique (tracking à la singapourienne et chinoise, TousAntiCovid, etc.) et sur la façon de les faire adopter aux Français, cette dame respectable explique : « Précisons que, dans cet ordre de finalité [le tracking], le point crucial réside dans les décisions qui sont prises quant aux moyens d’obtenir des individus l’adoption des comportements requis. [...] On voit bien que la compliance des individus à l’égard de ces mesures [isolement et quarantaine] devient LA variable clé, en l’espèce, pour contrôler la diffusion de l’épidémie. Si tel est l’horizon des choix qui s’annoncent, on verra donc se réouvrir le débat sur la question de savoir s’il faut se fier à des recommandations, à l’empowerment et au counseling pour convaincre les individus de s’isoler, ou bien si c’est au contraire l’obligation assortie d’un contrôle et d’une menace de sanctions qui permet d’être efficace. [...] Dans tous les cas, le recours au numérique devra être envisagé ici pour ce qu’il est désormais de façon reconnue en santé publique : un levier précieux du changement des comportements individuels ».

Vive les ingénieurs sociaux, vive la dictature efficace d’aujourd’hui ! Et vive le storytelling médiatique (peu de médias se sont démarqués) de cette épidémie, si formidablement dramatique...

J'ai recommandé votre commentaire mais j'y mets un bémol :

"Aujourd’hui, la dictature plus efficace de demain » est advenue. Nous en sommes au nudge, à la fabrique de l’opinion, à la fabrique des comportements, qui permettent de changer les idées et les visions du monde.

Mediapart y participe d’ailleurs, en donnant par exemple la parole à Mélanie Heard, qui peut développer son projet de modification des comportements sans problème dans ses colonnes. "

Je ne pense pas que la "fabrique de l'opinion" (concept de plus en plus obsolète malgré les apparences) aujourd'hui ait une influence aussi grande que vous le laissez entendre.

Hormis ceux et celles qui ne s'intéressent plus du tout aux "communications" des pouvoirs en place, qu'ils soient politiques ou émanant de grosses entreprises (à travers leur propagande publicitaire) aux revenus supérieurs à ceux d'un Etat entier (et qui préfèrent s'abstenir au lieu d'aller voter), les autres ne sont pas tous des benêts.

Ces non-benêts, qui sont parfois des "riens" comme certains les appellent, ont bien compris, grâce aux diffusions d'informations contradictoires et de discours prétentions laissant dans l'ombre une multitude de réalités, qu'on n'avait plus à faire à des gens "sérieux" mais à des personnalités baignant dans des eaux troubles, frisant quelque pathologie non encore identifiée...

Quant à Médiapart, c'est un journal ouvert qui permet à toutes les opinions de s'exprimer. On a le droit de ne pas être d'accord avec des opinions exprimées sur certains blogs mais de là à condamner Médiapart... c'est comme si vous vouliez détruire la main qui vous permet d'écrire.

Pas facile d'être libre, Boris!

Bonjour,

Quand je critique Mediapart, c'est principalement pour certaines plumes qui ne se sont pas différenciées d'autres journaux comme Le Monde, le JDD, le Parisien, Libé, etc.

Il y a bien sûr quelques grands enquêteurs, comme Fabrice Arfi, qui valent le coup d'être ici. Mais sinon, dans la couverture de la crise, je trouve que le journal Mediapart ne s'est pas démarqué. Les articles de C. Coq-Chodorge, R. Le Saint... pour ne citer qu'elles, ont pour la plupart repris la doxa dominante, avec parfois heureusement un côté plus fouillé.

Usul et Liechti, autre exemple, sont presque tout le temps tombés dans le panneau des informations manipulées, comme par exemple en invitant A. Bristielle pour parler de ses études bidon.

Le fonctionnement participatif, par blog, est effectivement la partie la plus intéressante, avec des billets de blog et des blogueurs de grande qualité.

En effet, vous n'avez pas tort.

Fabrice Arfi, Martine Orange, Laurent Mauduit et d'autres...

Usul et Lietchi j'ai du mal aussi... on a l'impression trop souvent qu'ils nous prennent pour des neuneus. 

Pour le participatif, ce que je regrette est que les billets de blogueurs de grande qualité restent trop souvent ignorés de la sélection de Médiapart. Mais bon, nul n'est parfait! 

On peut noter que les nudges ont eu la peau de Mediapart pendant la période, puisqu'ils continuent à diffuser les messages anxiogènes - qui sont la base de toute la manipulation qui a pu être faite. Vous devriez avoir un statisticien dans votre staff, ça calmerait un peu votre peur de la "pandémie" .. 

C'est vrai que ça commence à peser lourd leurs messages anxiogènes... 

A côté, ils mettent en valeur des billets de blogs du Club participatif qui sont juste faits pour "distraire" (qui ne font donc rien avancer en termes de savoirs essentiels pour un avenir plus serein). J'ai de plus en plus de mal à apprécier la stratégie du Journal.

Madame CHABAL, merci pour la clarté de ce commentaire, il faut aller plus loin car cette technique était enseignée au sein de stage de l'Otan, en relatant des informations ou en créant des évènements, qui permettent de manipuler l'opinion pour inciter un peuple ou en partie à penser que... Vous avez parlé d'étude comportementale, connaissez-vous Pierre CLASTRES cette anthropologue qui nous montrait que dans les tribus indiennes lorsque le chef perdait de l'influence sur sa tribu au profit du chamane (c'est les 2 forces politiques principales des peuples "premiers" d'Amérique du Sud), il (le chef) utilise un stratagème afin de déclencher des hostilités auprès des autres tributs, conscient que l'état de guerre lui était plus favorable que son rival ; il incitait à des hostilités envers d'autres tribus afin de convenir ses semblables au rassemblement autour de sa personne. On comprend ainsi mieux les paroles présidentiels du "nous sommes en guerre face au virus". Je vous recommande également les écrits de BALANDIER "Afrique ambiguë" sur les stratégies guerrières et leurs potentiels usages politiques. Quelles sont les interprétations que nous pouvons faire des attentats de Bologne ou de Madrid ? Pour Bologne, on incriminait l’extrême gauche alors que ces derniers avait été commis par l'extrême droite. Pour les seconds, les premiers à être montrés du doigt était les indépendantistes de l'ETA. Ou l'art de faire unité autour de soi tout en incriminant un adversaire politique.

À quel point et depuis combien de temps sommes-nous NUDGER ?

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous