Débat sur l'Europe: la direction du PS éteint la lumière

Par

Les militants socialistes doivent adopter le document d'une convention européenne vidée de son intérêt, avec un fort risque de grosse abstention. Faute de texte alternatif autorisé, et malgré une procédure de vote curieuse, l'aile gauche du parti espère voir adopter ses amendements.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'était une promesse de son discours de Toulouse en novembre dernier, quand Harlem Désir tout juste élu premier secrétaire du PS s'imaginait encore un avenir rose de premier soutien au pouvoir. Depuis, l'engagement d'organiser une convention sur l'Europe a été tenu. Mais il est devenu un boulet pour une majorité dont le rapport à l'Union européenne en général, et à l'Allemagne de Merkel en particulier, est devenu un sujet sensible. Dès sa première mouture, fin avril, le projet de texte d'orientation européenne du PS a créé le scandale. Taxé de germanophobie, avant d'être expurgé des traits anti-Merkel. En quelques heures, le PS avait déjà raté le coche d'un débat légitime (lire notre article).