A Corbeil-Essonnes, la fin de l’ère Dassault

Par

L’installation, samedi 4 juillet, du conseil municipal de Corbeil-Essonnes et de son nouveau maire Bruno Piriou (divers gauche) officialise la fin de l’ère Dassault. Ce système clientéliste hors norme avait miné depuis des années la ville.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Corbeil-Essonnes a renversé le vieux monde », clame Bruno Piriou, nouveau maire divers gauche de la ville qui aura passé les 25 dernières années à se battre contre le système Dassault. L’installation du conseil municipal qui s’est tenu, samedi 4 juillet au matin, avait donc un goût particulier pour celui qui s’est présenté cinq fois à la mairie de Corbeil-Essonnes. Le dimanche 28 juin, il a été élu avec 48,54 % des suffrages, soit 3 661 voix, devant l’héritier de Serge Dassault (43,18 %, 3 257 voix).