A Corbeil-Essonnes, la fin de l’ère Dassault

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«Corbeil-Essonnes a renversé le vieux monde », clame Bruno Piriou, nouveau maire divers gauche de la ville qui aura passé les 25 dernières années à se battre contre le système Dassault. L’installation du conseil municipal qui s’est tenu, samedi 4 juillet au matin, avait donc un goût particulier pour celui qui s’est présenté cinq fois à la mairie de Corbeil-Essonnes. Le dimanche 28 juin, il a été élu avec 48,54 % des suffrages, soit 3 661 voix, devant l’héritier de Serge Dassault (43,18 %, 3 257 voix).