Grippe : surmortalité début 2012

Par

Lors de la période février-mars, la mortalité de la grippe a touché plus particulièrement les personnes âgées de plus de 85 ans et fait 6 000 morts de plus que de coutume.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Près de 6 000 morts supplémentaires ont été enregistrées en février-mars durant la vague de froid et les épidémies saisonnières, selon une estimation de l'Institut de veille sanitaire (InVS), soit une augmentation de 13 %, sans qu'aucune explication soit donnée. L'année 2009 avait connu un phénomène similaire, là aussi resté sans causes exactes. Selon Anne Fouillet, la statisticienne qui a dirigé l'étude, « la survenue concomitante de plusieurs facteurs (vague de froid et épidémies saisonnières, notamment grippale) » en février-mars 2012 « peut, au moins en partie, expliquer ce phénomène, mais leur part respective dans cette augmentation reste à évaluer ». La surmortalité touche plus particulièrement les personnes âgées de plus de 85 ans, avec 2 850 décès en excès (+18 %) chez les personnes âgées de 85 à 94  ans et un millier de décès en excès (+31 %) chez les personnes de 95 ans ou plus. La quasi-totalité des régions, à l'exception de la Corse, a enregistré des excès de décès allant de +8 % en Alsace à +22 % en PACA. Et le phénomène n'est pas un cas uniquement français ; de nombreux pays européens ont connu une surmortalité similaire. Mais l'étude reconnaît que cette estimation, basée sur 70 % des morts enregistrées en France métropolitaine, ne permet pas pour l'instant de « quantifier avec exactitude l'excès total des décès ».