Parlement: le PS fait bloc, l'UMP pose ses conditions

Par et

Assemblée et Sénat ont débattu mercredi de l'éventuelle intervention française en Syrie. Un débat sans vote. Les socialistes ont affiché l'unité derrière le gouvernement. Et l'opposition a posé des conditions drastiques à un vote positif… vote qui n'aura peut-être pas lieu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jean-Marc Ayrault est souvent accusé de prononcer des discours creux et sans souffle. Mercredi, le premier ministre a au contraire truffé son allocution devant les députés (le texte en pdf ici) de superlatifs et d'anaphores lyriques pour justifier la volonté de son gouvernement d'intervenir en Syrie, après l'attaque chimique du 21 août attribuée à Bachar-al-Assad, et dont la France estime qu'elle a fait 1500 morts.