Crise: Dexia se meurt, Dexia est morte

Lundi, la banque Dexia est morte. La direction de l'établissement franco-belge a annoncé son démantèlement ordonné. Cette faillite bancaire illustre l'amplification de la crise. Comme en 2008, les Etats volent au secours du système bancaire, sans exiger la moindre contrepartie.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Lundi, la banque Dexia est morte. Les marchés boursiers ont dressé son acte de décès ce matin. Le cours de l'action de la banque franco-belge a chuté de 32% en début de séance pour tomber en dessous d'un euro. Autant dire rien ou presque. La veille, un conseil d'administration de la banque, aux termes de six heures de discussions, a confirmé les rumeurs qui circulaient depuis plusieurs jours et que Dexia démentait jusqu'alors avec la dernière force : la banque propose son démantèlement, une « liquidation ordonnée », en quelque sorte. Un comité social de groupe, qui s'est tenu ce mardi matin, a confirmé l'issue. Tout ce qu'il est possible de céder va l'être.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal