UIMM: des valises d'argent liquide devant le tribunal

Par

Le procès des anciens dirigeants de l’UIMM, union patronale disposant d’une caisse noire bien remplie, s’ouvre lundi à Paris. Dix-huit millions d'euros s'en sont évaporés en quelques années, dont la justice n'a retrouvé que quelques miettes. Il s'agissait de « fluidifier le dialogue social », selon la formule devenue célèbre. Quant aux bénéficiaires...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les choses étaient si simples, au bon vieux temps du patronat. Chaque fois, le même cérémonial. C’est la chef comptable de l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) qui le raconte, sur procès-verbal. « Je reçois mes instructions de M. Gautier-Sauvagnac. Il me dit qu’il a besoin de liquide, je fais en sorte que cela soit fait dans les jours suivants. Je sais que le montant est toujours le même. 200 000 euros. »