La commission européenne pourrait retoquer le budget 2015 de la France

Par

La commission européenne s'apprête, selon Le Figaro, à demander à Paris de revoir sa copie budgétaire.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

La présentation en début de semaine du projet de loi de finances français pour 2015 n'a pas plu à Bruxelles et, selon des informations du Figaro, la commission européenne envisage de le retoquer d'ici la fin du mois d'octobre

En 2013, Paris avait obtenu un nouveau délai de deux ans pour ramener son déficit public sous la barre des 3 % du PIB : la France avait jusqu'à fin 2015 pour rentrer dans les clous. Mais le projet de budget dévoilé cette semaine reporte encore cet objectif à 2017. Le gouvernement de Manuel Valls espérait sans doute placer les institutions européennes devant le fait accompli. Mais, si la commission décide de s'en mêler, le premier ministre va devoir changer de stratégie. S'ouvrira alors, tout au long du mois de novembre, une nouvelle période de tractations budgétaires entre Paris et Bruxelles.

L'affaire est d'autant plus délicate, que les interlocuteurs vont changer au fil des semaines : c'est la commission de José Manuel Barroso – en place jusqu'au 31 octobre – qui va probablement retoquer le projet de budget français, tandis que c'est celle de Jean-Claude Juncker qui s'occupera des discussions houleuses. Avec, au poste de commissaire aux affaires économiques et monétaires, s'il est confirmé entre temps, un certain Pierre Moscovici...

« Depuis le début de l'été et malgré les mises en garde, les Français n'ont plus rien fait pour corriger le tir budgétaire », résume une source européenne citée par Le Figaro. Techniquement, la commission va commencer à partir du 15 octobre son analyse des budgets nationaux pour 2015, dans le cadre de ses nouveaux pouvoirs après la crise des dettes publiques, pour mieux coordonner les politiques budgétaires des États membres et éviter la formation de déséquilibres macroéconomiques à l'échelle du continent. 

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale