Un prêt émirati de 8 millions d’euros a sauvé le Rassemblement national

Par et

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un prêt qui est arrivé in extremis dans les caisses du Front national, fin juin 2017, une semaine avant le dépôt du compte de campagne présidentiel de Marine Le Pen. Une somme de 8 millions d’euros qui a évité à la candidate d’avoir à déposer des comptes en déficit, c’est-à-dire l’invalidation, et surtout le non-remboursement de ses dépenses de campagne.