Alain Carignon, le fantôme de l'UMP

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Alain Carignon reçoit dans le bureau de Brice Hortefeux, au sixième étage du siège de l'UMP. Pas assis à la place de l'ancien ministre de l'intérieur, mais devant la table, près de la télévision allumée. «Normalement, je m'installe en face, mais le bureau est pris aussi.» L'ancien maire de Grenoble et ancien ministre de la communication est sans bureau fixe à l'UMP. Mais il ne cherche pas à en avoir un, dit-il. Pas plus qu'un rôle politique. Et pourtant, on le dit incontournable, proche du président, consulté par les ministres. Influence avérée, certes, mais présence informelle. Portrait.