L'automobile sinistrée. A Grand-Quevilly, dix petites minutes pour effacer l'usine

Par

Nicolas Sarkozy annonce son «plan de relance» pour le bâtiment et l'automobile. Les salariés du groupe américain Johnson Controls (photo), à Grand-Quevilly près de Rouen, l'écouteront avec attention. Car eux se souviendront de ce mois de novembre 2008. En dix minutes, on leur a annoncé la fermeture de leur usine. Une des plus grandes usines de la ville, construite il y a 40 ans, qui produit des batteries automobiles et gagne de l'argent! Texte et photos : Mathieu Magnaudeix.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le 14 novembre au matin, les salariés de Johnson Controls sont venus travailler normalement. Le soir, ils repartaient licenciés. Ce vendredi, à 14h45, la direction les a tous rassemblés au réfectoire pour une réunion extraordinaire. Pour les informer de la fermeture imminente. D'ici quelques mois, ils seront tous au chômage. Certains étaient là depuis quarante ans. Personne ne s'y attendait.