Le chantier de Vinci à Paris-7 : c'est l'université qui garantit les risques !

Par
Dans les petits arrangements du groupe Vinci pour la construction des quatre nouveaux bâtiments de Paris-7, l'université elle-même brille par son absence. Et pourtant, c'est elle qui supporte les risques financiers en cas d'annulation du permis de construire. Mediapart révèle que son conseil d'administration a adopté ce partenariat public-privé sans même avoir le droit de lire le contrat! Deuxième volet de notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans les petits arrangements entre amis du groupe Vinci, qui construisent les quatre nouveaux bâtiments de Paris-7 (voir le premier volet de notre enquête), l'université, pourtant première concernée, brille par son absence. Pourquoi le prestigieux établissement accepte-t-il qu'un bâtiment n'ait pas la flexibilité requise dans le contrat de départ ? Que les organismes de contrôle du chantier soient court-circuités ? Que les sociétés constructrices s'entendent officieusement pour construire à leur guise ?