Les «Solutions COP21» chahutées par des militants

Par

En parallèle du sommet pour le climat au Bourget, le gouvernement inaugurait ce vendredi à Paris un salon «Solutions COP21», rassemblement d'entreprises et de collectivités censées présenter leurs actions contre le changement climatique. Du pur « greenwashing », pour les ONG qui ont tenté de perturber le lancement.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Ce vendredi était jour d’inauguration officielle des “Solutions COP21” au Grand Palais à Paris. Portée par le gouvernement – Ségolène Royal y est attendue ce soir, et même François Hollande est annoncé –, cette manifestation consiste essentiellement à faire la publicité des solutions non étatiques proposées par les entreprises, les régions et autres collectivités aux défis du changement climatique. Elle s’inscrit plus généralement dans le « plan d’action Lima Paris » (LPAA), parallèle à l’accord négocié à la COP21 et dont nous avons déjà parlé ici à propos de l’agriculture.

Très tôt dans la préparation de la COP, le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius, de manière générale très porté sur la diplomatie économique, avait poussé les feux pour un “agenda des solutions” parallèle au grand sommet mondial sur le climat lui-même. Sauf que cet activisme économique n’est pas du goût de la plupart des ONG impliquées dans la défense du climat. La présence d’Engie (ex-GDF-Suez) ou encore d’Avril (ex-Sofiprotéol, géant de l’agroalimentaire, par ailleurs dirigé par le président de la FNSEA Xavier Belin), notamment, ont fait tiquer. 

Attac avait par ailleurs publié le montant des subventions versées par les grandes entreprises pour la COP. Parmi celles-ci, Engie a versé 436 000 euros ; Renault, 1,7 million ; EDF, 1,5 million (voir tous les montants ici)… Il était par ailleurs reproché aux organisateurs de l’événement du Grand Palais de n’avoir pas laissé d'espace à la société civile, essentiellement en raison du prix de la place – Engie aurait ainsi payé plus de 250 000 euros pour avoir son stand.

Le stand d'Avril (ex Sofiproteol) © Jean de Peña du Collectif À-vif(s) Le stand d'Avril (ex Sofiproteol) © Jean de Peña du Collectif À-vif(s)

État d’urgence oblige, toute manifestation à l’extérieur du bâtiment aurait été interdite. Des militants avaient donc appelé sur les réseaux sociaux – et notamment sur Facebook – à participer ce jour vers midi (heure de l’ouverture au public) à une action coup de poing sur les lieux – un appel relayé sur le site Paris-luttes.fr.

De fait, dès 10 heures du matin, la salle était littéralement quadrillée de policiers en civil, qui s’ajoutaient aux vigiles officiels et aux CRS qui gardaient les entrées. Munis d’oreillettes, dans l’éternelle tenue jean-baskets-blouson-sac-à-dos, ils étaient en ce début de matinée quasiment plus nombreux que les hôtesses et autres démonstrateurs dans leurs stands.

Policiers en civil devant le stand d'Engie © Jean de Peña du Collectif À-vif(s) Policiers en civil devant le stand d'Engie © Jean de Peña du Collectif À-vif(s)

Vers 13 h 45, alors que la foule de badauds se faisait de plus en plus nombreuse, quelques militants ont soudain sorti un écriteau « FR » ou « EN » selon la langue, afin d’attirer passants et médias. Le discours était le même quelle que soit la langue : les « fausses solutions » présentées ici sont non seulement inutiles pour le climat mais même nuisibles. Ainsi Engie, pointée du doigt notamment parce qu'elle possède 30 centrales électriques à charbon ou fait du lobbying pour un marché global du carbone. Ou encore Avril (anciennement Sofiprotéol), accusée de favoriser une agriculture hors sol au détriment des petits paysans et producteurs, et d'être le leader français des agrocarburants. (Lire ici le document publié par Corporate Europe Observatory sur le sujet.)

Le stand de Veolia © Jean de Peña du Collectif À-vif(s) Le stand de Veolia © Jean de Peña du Collectif À-vif(s)

Les policiers en civil commençaient par « encager », selon leur jargon, les fauteurs de trouble, les empêchant de se livrer à un tour commenté des stands. Puis, après environ 5 à 10 minutes de statu quo, finissaient par les conduire manu militari à l’extérieur du Grand Palais pour les remettre aux CRS. Les militants n’ont cependant pas été arrêtés.

Impassible, le ministre de l’agriculture Stéphane Le Foll n’a pas paru plus troublé que ça, quand bien même des militants chantaient « Si tu fais du greenwashing, tape dans tes mains » pendant qu'il essayait de parler à la presse.

Un militant conduit vers la sortie du Grand Palais © Jean de Peña du Collectif À-vif(s) Un militant conduit vers la sortie du Grand Palais © Jean de Peña du Collectif À-vif(s)

Du coup, la pseudo-manifestation s’est poursuivie à l’extérieur du Grand Palais, devant des CRS de plus en plus nombreux, rejoints par les policiers en civil. Le face-à-face a duré une bonne heure, sans heurts ni violences, si ce n’est parfois un peu de bousculade. Nicole Notat, l’ancienne secrétaire générale de la CFDT, reconvertie depuis dans l’entreprenariat (elle est PDG d’une société spécialisée dans l’accompagnement des entreprises), passe sans s’émouvoir, tentant de se frayer un chemin pour entrer dans le Grand Palais.

Les militants présents ont fini par pouvoir déployer une large banderole sur laquelle on pouvait lire : « Fausses solutions COP21. Pas de paix sans justice climatique. »

A l'extérieur du Grand Palais © Jean de Peña du Collectif À-vif(s) A l'extérieur du Grand Palais © Jean de Peña du Collectif À-vif(s)

Une conférence de presse improvisée est organisée. Audrey Arjoune, chargée de mission Justice climatique au sein de l'association Peuples Solidaires-ActionAid, explique que la démarche vise à dénoncer les « faux discours des entreprises » présentes au Grand Palais. « Nous sommes pacifiquement venus devant le stand d’Engie, devant celui de Sofiprotéol. Beaucoup d’entre nous ont été bloqués à l’extérieur, sur des critères plus que discutables. L’âge ? L’apparence ? Quant à ceux qui ont pu rentrer, ils ont à peine pu délivrer leur message. » Mais, conclut-elle, « nous reviendrons, nous ne nous tairons pas, nous serons là tous les jours ».

Comme place de la République à Paris dimanche dernier, le dernier carré de militants a eu bien de la peine à se disperser, cerné de toutes parts par les CRS. La manifestation improvisée a fini par s’éteindre d’elle-même, peu avant 16 heures.

4 décembre au Grand Palais, Paris © Images : Christophe Gueugneau (Mediapart) et Jean-Paul Duarte et Jean de Peña du Collectif À-vif(s)

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous