Au tribunal de Paris: de la prison en veux-tu en voilà pour les «gilets jaunes»

Par et
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

« Si vous le condamnez, alors il faut condamner tous les manifestants »

  • Florian, 37 ans, forgeron, venu des Ardennes

Florian est un gros costaud, il travaille dans une entreprise de forge de 120 ouvriers, a trois enfants à charge, gagne 1 500 euros par mois, sa compagne est au chômage. « Quand on a des enfants, il faut se stabiliser », dit celui qui a visité l'Amérique latine et l'Afrique en sac à dos, vivant de petits boulots.

Ce samedi, le voilà interpellé vers 17 heures, près des grilles du jardin des Tuileries. Dans son sac, des billes de peinture, un masque. Le procès-verbal d'interpellation signale qu'il a été vu jetant un morceau de bitume sur les forces de l'ordre. Il nie, assure même qu'il a rangé pavés et morceaux de goudron au fond d'une grosse poubelle et a prévenu la police, « parce que ça chauffait trop ». Florian demande à ne pas être jugé en comparution immédiate. Demande acceptée : il sera jugé en procédure normale au mois de janvier prochain. « Je serai là, dit-il au juge, mais sinon, je suis pas près de revenir à Paris ! »

  • Florian, 21 ans, mécanicien, venu des Yvelines

C'est sa première manifestation. Florian est venu avec un ami et devait rejoindre son père, ouvrier ajusteur, dans un autre endroit du cortège. Il est arrêté à 20 h 50, boulevard Malesherbes. Le P.-V. d'interpellation le décrit cagoulé, avec gants de motos, un masque, en train de jeter une barrière au milieu du boulevard, dans un groupe d'une quarantaine de casseurs.

Le jeune homme nie énergiquement. Pas de gants de motos, mais de simples gants Nike, un masque donné par son père « qui avait été gazé la semaine dernière et était allé en acheter chez Leroy Merlin », et, non, il n'avait pas tiré sa capuche sur la tête et pas plus jeté des barrières. « Je venais pas pour mettre le bazar, je marchais avec mon ami et un groupe a couru sur le boulevard et s'est rapproché de nous, c'est tout. » Rien dans le dossier, assure son avocat : « Si vous le condamnez, alors il faut condamner tous les manifestants. » La procureure demande six mois de prison avec sursis. Jugement : relaxe.

Au tribunal de Paris, lundi 3 décembre. © FB/Mediapart Au tribunal de Paris, lundi 3 décembre. © FB/Mediapart

  • Alexandre, 36 ans, électricien, venu de l'Eure

Alexandre a choisi ce samedi un des rares endroits calmes dans Paris : la place de la Bastille. Des gens ont pu manifester sans affrontements déchaînés en cet endroit. Cela ne l'empêche pas d'être interpellé vers 16 heures. La police trouve dans son sac un masque décrit comme de type NRBC. Un masque qui serait considéré comme une « arme de guerre ».

« C'est un gilet jaune qui me l'a donné, je l'ai mis dans le sac au cas où et ne l'ai d'ailleurs jamais porté », dit Alexandre. « Mais comment voulez-vous que je sache que c'est une arme de guerre ? », insiste-t-il. La procureure demande six mois de prison ferme et un an d'interdiction de Paris. Jugement : huit mois de prison avec sursis et un an d'interdiction de séjour à Paris.

  • Benoît, 34 ans, cariste, venu du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis)

Benoît est devant le tribunal le visage éraflé, le nez cassé, un œil tuméfié. De cela, les juges ne disent mot. L'homme a été arrêté samedi à 17 h 40, rue du Havre, à l'issue d'une charge des CRS. Benoît dit s'être alors jeté par terre et mis en boule : pas suffisant pour le protéger des coups. Mais cela n'intéresse pas le tribunal qui prend seulement note d'un certificat médical de cinq jours d'interruption temporaire de travail.

Le juge s'intéresse aux dégradations de bâtiments. Benoît le reconnaît aisément, il n'est pas à l'aise avec la parole, alors il aime bien les tags au pochoir. Ce jour-là, avec un ami, ils arpentent les cortèges et bombent sur les planches qui protègent les vitrines et quelques murs un dessin et un slogan : le visage de Macron et l'éternel « Marche ou crève ». « “Marche ou crève” et le visage du chef de l'État, voilà une menace manifeste ! », s'emporte la procureure.

Benoît explique ne rien avoir contre les forces de l'ordre, lui-même a été militaire sous contrat jusqu'en 2006. Il assure n'avoir fait que cinq ou six tags. « Nos paroles, on les écoute pas, donc j'écris… Oui, sans doute, je recommencerai, mais sur les planches, pas sur les murs », dit-il, un peu perdu dans le box des prévenus. Pourquoi manifester ? « J'étais au RSA, maintenant je suis cariste, préparateur de commande chez Amazon. C'est des contrats à la semaine, ça fait pas lourd à la fin du mois. J'habite chez ma grand-mère, je m'occupe d'elle pour faire les courses et tout ça… », dit-il. La procureure demande six mois d'emprisonnement avec sursis et 500 euros d'amende. Jugement : six mois de prison et 500 euros d'amende, avec huit mois d'interdiction de se rendre à Paris.

  • Lilian, 19 ans, sans emploi, venu du Maine-et-Loire

C'est un jeune homme qui semble un gamin, se raconte parfois des histoires et se dit lui-même « un peu immature ». Pour sa première manifestation, Lilian a vu les choses en grand. Un casque rouge bien voyant, gants, lunettes et masque : le meilleur moyen d'être arrêté par des policiers, samedi, vers 11 h 50, avenue de Friedland, qui l'ont vu jeter un pétard. Et voilà que le jeune homme a en plus dans son sac une bombe de laque. « C'était comme un explosif de dernier recours, si mon pronostic vital était engagé, avec tout ce qu'on voit sur internet et toutes les violences… », dit-il au juge. Il n'a visiblement pas compris qu'une telle bombe de laque allumée avec un briquet l'aurait immédiatement gravement brûlé.

Lilian a volontiers donné son téléphone aux policiers. Prévenant, il leur a même signalé un message susceptible de les intéresser. « Moi, je vais grailler du CRS », écrit-il par texto à une amie. « Grailler, ça veut dire quoi ? », interroge la présidente. « Ben oui, ça veut dire manger, j'ai écrit cela pour impressionner une copine », répond le jeune homme.

Mais qu'est-il allé faire dans cette galère ? « J'ai pas de boulot, je suis parfois en saisonnier en pépinière, vous comprenez, j'habite à la campagne et j'ai aucun moyen de déplacement », dit Lilian, qui a arrêté sa scolarité à 16 ans et ne fait pas grand-chose de sa vie depuis. Le père est ouvrier chez un sous-traitant automobile, la mère travaille en 2 × 8 en intérim. La procureure s'emporte contre l'« immaturité » du jeune homme, sa « dangerosité et son inactivité sociale » et demande un an de prison ferme avec mandat de dépôt (ce qui signifie une incarcération immédiate). Jugement : six mois de prison ferme, six mois de prison avec sursis et un an d'interdiction de séjour à Paris.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale