A l'ANPE, des agents débordés traitent «du chômeur à la chaîne»

Par

Finis l'ANPE et les Assedic. Le Pôle emploi, «grand service public de l'emploi» voulu par Nicolas Sarkozy, démarre ce lundi 5 janvier. Par une première journée de grève.

Si le fameux guichet unique vers lequel se dirigeront les demandeurs d'emploi ne verra le jour qu'en octobre 2009, les conseillers ANPE de la région parisienne ont déjà vu, avec la crise et les nouveaux modes de management, leur travail se modifier. Tous dénoncent une «industrialisation» et un «appauvrissement» de leur métier, et font état d'une montée des tensions au sein de leurs agences.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Finis l'ANPE et les Assedic. Le Pôle emploi, «grand service public de l'emploi» voulu par Nicolas Sarkozy, est lancé ce lundi 5 janvier. Par une première journée de grève qui sera suivie, jeudi, par un débrayage plus massif puisque les huit syndicats de l'ANPE et les cinq des Assedic y appellent ensemble.
Le fameux guichet unique vers lequel se dirigeront les demandeurs d'emploi ne verra le jour qu'en octobre 2009 une fois les personnels formés et les mécanismes d'inscriptions simplifiés. Mais d'ores et déjà, les conseillers ANPE de la région parisienne ont vu, avec la récession et la hausse du chômage (64.000 nouveaux inscrits en novembre), leur travail se modifier. Et surtout, le nouveau mode de management visant à l'individualisation des dossiers se traduit, selon eux, par l'«appauvrissement» de leur métier générant souvent une montée des tensions au sein de leurs agences.