Affaire Dray: le grand malentendu

Par et
Julien Dray l'affirme: lajustice l'a blanchi depuis que le parquet deParis a annoncé mi-décembre que lui et ses proches ne seraient pas renvoyés devant un tribunal correctionnel. La réalité est un peu plus complexe, comme le suggère unrapport interne du procureur de Paris dont Mediapart publie les principauxextraits. Le "rappel à la loi" qui a été notifié au député socialiste, ainsi qu'àsix personnes mises en cause dans le dossier, signifie que la justiceconsidère qu'ils sont juridiquement les «auteur(s)» de divers délits. C'est pourquoi le parquet s'est bien gardé de classer l'affaire sans suite... Analyse d'un malentendu sciemment entretenu.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ainsi donc, à en croire Julien Dray, mais aussi de nombreux responsables politiques et certains commentateurs, l'affaire des mouvements de fonds suspects impliquant le député socialiste de l'Essonne n'aurait été qu'un leurre. Une pure construction médiatico-policière reposant sur du sable, voire de la boue, destinée à abattre pour on ne sait quelle obscure raison le fondateur de SOS Racisme. Une chimère malfaisante qui se serait finalement écroulée comme un château de cartes par la grâce d'une décision judiciaire aussi spectaculaire qu'inattendue: l'annonce par le procureur de Paris, le 17 décembre dernier, que Julien Dray ne serait pas cité devant le tribunal correctionnel au terme de l'enquête préliminaire qui le visait directement.