Les deux leçons de l’affaire Taubira/Falletti

Par

Polémique, la convocation du procureur général de Paris au ministère de la justice illustre tout autant la difficulté à rendre la justice réellement indépendante que l’impossibilité de renouveler une hiérarchie judiciaire majoritairement conservatrice.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Fallait-il convoquer Monsieur Falletti ? Est-ce une boulette, une maladresse, ou un véritable scandale ? Le vrai-faux limogeage du procureur général près la cour d'appel de Paris, François Falletti, est en tout cas un véritable cas d’école des liens incestueux qui entravent encore l’autorité judiciaire au pouvoir exécutif. Comme l’a raconté Le Canard enchaîné du 5 février 2014, ce haut magistrat étiqueté à droite a été convoqué lundi 27 janvier au ministère de la justice, où il a été reçu par la directrice de cabinet de la ministre, Christine Maugüé, et par le directeur adjoint, François Pion.