Dans l'Aveyron, une France morose cherche la riposte au Front national

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rignac (Aveyron), envoyé spécial.– Mouillée et protéiforme, la mobilisation contre la venue de Marine Le Pen a réuni environ deux cents personnes samedi après-midi à Rignac, gros village de deux mille habitants dans le Nord-Aveyron. Venus de Rodez, de Villefranche-de-Rouergue, du bassin (désindustrialisé) de Decazeville, ils ont répondu à l'appel de treize organisations (Alertes, Attac, CGT, Comité Palestine 12, Comité contre l'état d'urgence 12, Ensemble, FSU, LDH, PCF, Planning familial 12, PG, NPA et Solidaires).