Européennes: un tour de chauffe confus

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Polyphonie, voire cacophonie, durant trois heures trente. Avec pas moins de 12 têtes de liste, le premier débat de la pré-campagne diffusé sur France 2 et France Inter, jeudi 4 avril, a au moins eu un mérite : montrer que l'élection du 26 mai ne se résumera pas à la seule opposition entre les « progressistes » soutiens d'Emmanuel Macron et les « illibéraux » adversaires de l'UE, alliés de Marine Le Pen.