Rachida Dati, les “grands frères” et le Parti socialiste

Par

Critiquée pour ses prises de position après l'annulation par la justice du mariage de deux Français musulmans, Rachida Dati a vigoureusement attaqué, mardi, les députés socialistes. Au-delà de ce qui peut être vu comme une opération de diversion, elle a fortement dénoncé les politiques d'intégration menées par les socialistes, réduites à une "politique des grands frères”. Mediapart a demandé à trois personnalités publiques de décrypter ses propos: Morad Aggoun, directeur d'un centre social; Manuel Boucher, sociologue; Malek Boutih, socialiste et ancien président de SOS Racisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Déjà mise en difficulté ou critiquée par les députés pour sa conduite du projet de loi sur la réforme des institutions, Rachida Dati a fait mardi, à l'Assemblée nationale, une nouvelle sortie remarquée. Cette proche du président a sévèrement tancé les députés du groupe socialiste. Questionnée par l'un d'entre eux au sujet du mariage annulé à Lille (lire l'article d'Erich Inciyan), la garde des sceaux a reproché aux parlementaires de l'opposition “la politique des grands frères” menée, selon elle, par les gouvernements socialistes.