Du communautarisme à l’assimilation: Sarkozy vire de bord

Par
Remplacer l'intégration par l'assimilation: nul doute que ce projet présidentiel porté par Claude Guéant sera au centre de la convention de l'UMP sur l'immigration, jeudi à Paris. Pour Nicolas Sarkozy, le revirement est de taille: il y a moins de dix ans, il défendait les quotas et la discrimination positive, se faisant taxer de communautarisme.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela devient une habitude; à chaque fois qu'il prononce un discours ou publie une tribune, Claude Guéant consacre un passage au nouveau credo du gouvernement: l'assimilation des immigrés. Dans le droit fil du «grand débat» sur l'identité nationale, de la loi interdisant le voile intégral et du colloque de l'UMP sur l'islam, il poursuit l'entreprise de récupération des voix du FN engagée par Nicolas Sarkozy. Nul doute que ce thème, qui fait écho aux crispations sur la déchéance de nationalité et sur la bi-nationalité, sera au centre de la «convention sur les défis de l'immigration» organisée jeudi 7 juillet par le parti majoritaire en vue de l'élection présidentielle.