En Corse, Philippe renoue le dialogue avec les nationalistes... sans rien leur dire

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Corse, envoyée spéciale.– Les sourcils froncés, la mine grave et cette accroche : « J’arrive en Corse l’esprit très ouvert. » Mercredi 3 juillet au matin, à quelques heures de l’atterrissage du premier ministre à Bastia, Corse-Matin donnait le ton de la première visite officielle d’Édouard Philippe sur l’île. Un déplacement prévu de longue date, mais reporté à plusieurs reprises en raison du mouvement des « gilets jaunes ». Et qui s’annonçait tendu au regard de la dégradation des relations entre l’État et les dirigeants nationalistes, lesquels avaient boudé la dernière visite d’Emmanuel Macron à Cozzano, au mois d’avril.