Cinq ans de manifestations disséquées : comment les forces de l’ordre usent des grenades au mépris des règles

Par , Emile Costard et Antoine Schirer
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Tous les commentaires

Certain politique…..Sarkozy / Balkany etc etc 

C'est un blessé, et il a droit à 15 jours d'arrêt-maladie aux frais de la princesse…

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Comme le dit Antoine à la fin de l'article :

« Ça c’est la partie émergée de l’iceberg, le problème c’est pas seulement les tirs non réglementaires, le problème c’est qu’ils soient autorisés à tirer des grenades, des explosifs sur des civils, sur des manifestants. »

Qu'ils respectent les règles ou pas, ce sont des hordes de sauvages militarisés au service d'un pouvoir lui-même au service des maffieux qui tiennent le pouvoir politique et le mettent au service de la finance.

Ce ne sont que des mercenaires, des miliciens bas de plafond qui ne sont là que pour le fric, la sécurité de l'emploi et le plaisir d'écraser la tronche des gens révoltés.

Je les méprise.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Voilà, je vous remercie, tant pour le nom que pour la rectification, c'était bien à Marseille, au temps pour moi !

"autant pour moi" ... amicalement .

Merci, par curiosité j'ai été approfondir, et j'ai appris des choses (origine, variante etc...). Dorénavant j'essaierai aussi d'être vigilent, car j'ai toujours eu un doute sur l'écriture de cette expression. Maintenant le doute est levé, compris et intégré.

Ce n'étais pas le sujet, mais s'enrichir intellectuellement est toujours bon à prendre.

Non Thierry, l'écriture de Thomas est la bonne et J-J. Butin l'explique bien.

j'ai cru comprendre que, selon la nouvelle charte de médiapart, on n'avait plus plus droit aux "hors sujet" et autres corrections institeuro-générées  (justes ou intempestives). non ?

De moins en moins de fdo sont tués en service, pas de plus en plus!

Du coup si vous vous avez un avis sur les panneaux solaires, comme indiqué sur votre publicité, n’hésitez pas à partager.

Comment discuter avec des socialistes capitalistes ? Ils sont de droite, point

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Cela peut se nommer par la professionnalisation des élus et des responsables des partis.

Le second élément tient à l'origine sociale des leaders politiques. Absentes: les catégories populaires et les classes moyennes de premier niveau.

A gauche, et il ne faut pas se raconter d'histoire, tout est à reconstruire. Reste à savoir si la jeune génération en éprouve le besoin. (Révolution française et Commune de Paris, moyenne d'âge des leaders: autour de 30 ans).

"eux" c'est qui pour vous ?

Travail incroyable, bravo..

Je me permets toutefois de rebondir là-dessus :

[La liste des vidéos consultées ainsi que la base de données sont disponibles dans l’onglet « Prolonger ».]

Je dois être absolument bigleux mais.. où se trouve ce fameux onglet ? Je ne trouve pas les données en question

C'est le fond de ma pensée.

Bravo !

Si je pouvais recommander 10 fois, je le ferais !

  • Nouveau
  • 05/07/2021 21:23
  • Par

entre   " usage non réglementaire" et   "erreur humaine " ,   usage abusif et disproportionné d'une arme  .....  

c'est donc une affaire d'encadrement indigent .

Laisser pourrir des situations sous tensions ,

aller au contact ou perdre son sang froid ...

  • Nouveau
  • 05/07/2021 21:30
  • Par

C'est sûr que l'article a son impact amplifié avec un peu plus loin en 1ère page la photo de ce jeune désormais sans main droite...

"La loi, la constitution, tout ça, ça commence à bien faire". Nostalgie des escadrons de la mort ?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Je dirais, dans un premier temps, 90°. En cas d'inefficacité patente, passer à 135 °, puis se prendre la température et réfléchir une minute. Si cela ne fonctionne toujours pas, effectivement, 180°. En cas d'échec de la manoeuvre, écouter le contrôle, et si nécessaire prendre le cap 270, +/- 1,5. Ecouter le contrôle et virer encore de 90 °. Se prendre son propre LBD ou grenade dans la gueule.

Décider que, décidément, et désormais, sa propre gueule cassée, on n'écoutera plus le contrôle. 

Quoique ?

A la rédaction de Mediapart .

Vous auriez dû embaucher FOG , pour le visionnage des vidéos , pour une fois il aurait été utile et dû même du coup il n'aurait pas eu le temps pour balencer  des contre-vérités dans les médias 

 les blessures graves parlent d'elles même

Ce commentaire a été dépublié par son auteur·e.

Sans doute sous les meuglements satisfaits des braves gens zonnêtes…

Mille bravos pour cette enquête!

Put. boudu, ça craint un max.

C'est vrai que si la définition du terrorisme est "un mode d'action auquel ont recours des adversaires qui s'affranchissent des règles de guerre conventionnelle", on y est en plein… Mais tremblez dans vos braies en pensant aux cinglés qui pourraient prendre un couteau.

Bien répondu, les responsables CRS jouent la comédie de l'ignorance, de la surprise et de la réprobation.

Définition du terrorisme 
Enfin , une forme plus déroutante du terrorisme, pourrait être constitutive du terrorisme d’Etat. La qualification de ce dernier reste extrêmement délicate, bien qu’il soit l’apanage exclusif des régimes dictatoriaux.

Dans ce cas de figure, c’est le pouvoir étatique lui même qui perpétue des agressions visant à maintenir le peuple sous son contrôle et éviter toute opposition
” 

https://www.pimido.com/sciences-politiques-economiques-administratives/relations-internationales/dissertation/definition-terrorisme-international-507418.html

Dans un groupe de CRS, tout le monde sait, à tout moment, en temps réel, qui fait quoi. Et un assassin est toujours en liberté…

Bien vu. Rappelons les "nuits de cristal" ou l'opération Northwood (déclencher des attentats commis par les pieds nickelés de la CIA pour faire accuser leur bête noire obsessionnelle : Castro), où heureusement quelqu'un a eu l'intelligence de dire que ça va pas la tête. Et une responsable du RN qui espère un bon attentat bien sanglant, charognards comme sont ces gens-là…

Travail très impressionnant, bravo mediapart 

Merci pour ce travail de fourmi véritablement journalistique.

Heureusement qu’il reste quelques journalistes qui enquêtent et qui constituent un contre pouvoir car nous en avons de plus en plus besoin.

"si pour atteindre un but qui était trop éloigné en suivant les prescriptions théoriques, ils sont obligés d’abaisser la jauge, […] est ce que ça se transforme en quelque chose de répréhensible ?"

Ce n'est pas justement un angle de 45° qui permet d'atteindre la plus grande distance ?

Trop facile, 51 % des jets de grenades de désencerclement et 18 % des tirs de lance-grenades.

Cela veut-il dire que les autres 49% et 82% restent légaux lorsqu'ils éborgnent, démembrent, terrorisent, tuent

C'est le point faible de la démonstration, assez complaisante.

Oui, merci de le rappeler. On n'ose imaginer quelle andouille de vire a cru que cela aurait un quelconque intérêt pédagogique…

LBD

Au temps pour moi, merci ! Je suis confusanture et le louge de la honte envahit mon visage de lat…

ne savent pas travailler : en fait c'est une excuse.

  • Nouveau
  • 06/07/2021 11:13
  • Par

Bravo pour ce travail minutieux qui a pris du temps. Je sais pourquoi je paie mon abonnement et je continuerai à la payer. Plus qu'un article, vous prouvez l'origine de vos recherches, le temps consacré étant j’imagine important. Merci d'avoir publié le "prolonger". C'est ça le vrai journalisme. On est loin des articles idéologiques d'autres journaux, qui ne font que donner leurs points de vues. Là c'est une vrai enquête ! Respect !

«Qu'ils viennent me chercher» sachant très bien que personne ne peut aller le chercher !

et qui n'assume rien,  puisqu'il nie

Je me souviens, il y a très longtemps, que j'étais montée avec quelques collègues des laboratoires de recherche, en blouse notre vêtement de travail, sur les toits de la fac de Jussieu pour voir (je dis bien voir) pourquoi il y avait du bruit qui venait de la rue des Ecoles. Nous regardions simplement, ce n'était pas du tout une manif, et nous avons vu une troupe de flics arriver et nous bombarder de lacrymos avec des lance-grenades suffisamment costaud pour nous atteindre (on était loin). Ce n'est pas d'aujourd'hui l'attaque aux lacrymo contre des gens qui n'ont rien fait et sont inoffensifs. A l'époque ça m'avait choquée. Alors quand on nous bassine avec la "réplique des fdo" à des "violences" je m'interroge.

Sur la vidéo on dirait des gamins!!

Je crois même que ce sont gamins qu'on envoie au casse pipe.

En Haute-Savoie, la nuit passé, un agent a ouvert le feu et tué un jeune “soupçonné “ d’avoir volé une bécane.

Sans doute s'est-il senti menacé et en état de légitime défense comme lorsqu'ils tirent sur un véhicule qui ne veut pas s'arrêter à un contrôle ce qui fait qu'en France dans ce beau pays la peine de mort est parfois rétabli même pour un défaut d'assurance ou de conduite sans permis 

Les médias qui appartiennent à des milliardaires sont les principaux responsables de ce qui arrivent car les journalistes ne font pas leurs métiers d’information mais de désinformation c’est le même système que dans les pays où il y’a des dictatures car depuis la 5ème république la France est devenue un pays gouvernés par un dictateur quoi qu’on en pense ou avez vous vu dans quelle pays démocratique tous les pouvoirs sont dans les mains d’une seule personne 

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous

Voici notre méthodologie :

La base de données de cette enquête a été constituée à partir d’images mises en ligne sur YouTube par l’agence de presse « Line Press ».

Elle comprend 216 vidéos filmées entre mai 2016 et décembre 2020, pour un total d’environ 145 heures d’images. [La liste des vidéos consultées ainsi que la base de données sont disponibles dans l’onglet « Prolonger ».]

À partir de celles-ci, nous avons procédé en plusieurs étapes pour répertorier et analyser les tirs de lance-grenades et les jets de grenades de désencerclement.

Lance-grenades :

  1. Nous avons répertorié 688 tirs de lance-grenades selon le critère suivant : le point d’origine du tir doit se situer dans le cadre de l’image afin qu’il soit possible de déterminer d’où provient le tir.
  2. Puis nous avons identifié les tirs qu’il était possible d’analyser selon le critère suivant : l’arme doit être au moins partiellement visible au moment du tir afin qu’il soit possible de déterminer l’angle du tir. 383 des 688 tirs initialement répertoriés répondaient à ce critère.
  3. Nous avons ensuite vérifié, pour ces 383 tirs, s’ils répondaient aux règles suivantes encadrant l’usage des lance-grenades :
    1. « lorsqu’une grenade est projetée à l'aide du lanceur de grenade, le tir tendu est strictement interdit. En tir courbe, la balistique de la munition (trajectoire, explosion, dispersion du produit lacrymogène en l'air) permet d'éviter que les personnes ne soient directement impactées et ne puissent les ramasser au sol afin de les renvoyer en direction des forces de l'ordre. »
    2. Interrogées par Mediapart, la police et la gendarmerie nous ont fait savoir que les tirs de lance-grenades doivent être réalisés à 45°.
    3. Selon le type de propulseur utilisé, les lance-grenades peuvent tirer à une distance maximale de 50, 100 et 200 m. La gendarmerie nous a précisé que « les tirs inférieurs à ces trois distances sont obtenus par un relevé du lanceur de grenade vers le ciel et en aucun cas vers le sol ».

Selon ces critères :

294 des 383 tirs analysés sont réglementaires, soit 76,76 %.

20 des 383 tirs analysés sont litigieux, soit 5,22 %.

69 des 383 tirs analysés sont non réglementaires, soit 18,02%.

Grenades :

  1. Nous avons répertorié 956 jets de grenades selon le critère suivant : le geste du jet de la grenade doit être au moins partiellement visible et se situer dans le cadre de l’image.
  2. Nous avons ensuite identifié 311 de ces jets de grenades comme étant des jets de grenades de désencerclement selon les critères suivants :
    1. Une identification visuelle formelle du modèle de grenade et/ou un lien de causalité direct entre un jet de grenade et une explosion caractéristique de GMD visible à l’image.
    2. À défaut, un faisceau d’indices concordants avec l’utilisation d’une grenade de désencerclement : temps entre le lancer et l’explosion, identification visuelle partielle, explosion caractéristique, absence de gaz lacrymogène à la suite de l’explosion, cris des forces de l’ordre indiquant l’utilisation de grenades de désencerclement… (Nous avons fait le choix d’inclure ces cas dans notre analyse puisque la part de jets réglementaires était supérieure à celle concernant les cas d’identifications formelles de GMD.)
  3. Nous avons ensuite vérifié, pour ces 311 jets de grenades de désencerclement, s’ils répondaient aux règles suivantes encadrant l’usage de cette arme.
    1. « La grenade à main de désencerclement doit être lancée à la main au ras du sol en direction du groupe d'éléments hostiles à disperser : son lancer en direction du but à atteindre selon une trajectoire ascendante est proscrit. »
    2. Interrogé sur la définition de la formule « au ras du sol », le SICOP nous a fait savoir qu’un jet de grenade de désencerclement ne devait pas dépasser 50 centimètres de hauteur. La gendarmerie nationale nous a précisé que « le lancer s'effectue au ras du sol, c'est-à-dire à la hauteur la plus faible possible pour le lanceur en fonction des configurations du sol (nature du sol, pente, dévers, végétation...), de la distance à atteindre et en tenant compte du fait que la dispersion des projectiles doit s'effectuer lorsque la grenade est au sol pour n'atteindre que les membres inférieurs ».
    3. Selon ces indications, et en prenant en compte une marge d’erreur, nous avons considéré qu’une grenade lancée « au ras du sol » ne pouvait pas dépasser 1 mètre de hauteur au cours de sa trajectoire.
    4. Le geste de lancer doit être conforme au pictogramme apposé sur chaque grenade, c’est-à-dire être effectué par un mouvement de balancier du bras le long du corps, et non pas par un mouvement du bras au-dessus du niveau de l’épaule.
    5. Lorsque le geste de lancer est réglementaire mais que la trajectoire suivie par la grenade (et donc sa hauteur) n’est pas visible, le jet est par défaut considéré comme étant réglementaire.

Selon ces critères :

134 des 311 jets de grenades analysés sont réglementaires, soit 43,09 %.

19 des 311 jets de grenades analysés sont litigieux, soit 6,11 %.

158 des 311 jets de grenades analysés sont non réglementaires, soit 50,80%.