Une « décision très lourde de conséquences dramatiques », qui causera « un terrible engrenage » et « une escalade dans la violence ». Dans le débat sur une possible intervention militaire de la France en Syrie, Marine Le Pen s'est violemment insurgée contre un soutien français aux rebelles, en agitant un argument : le risque islamiste (« Les rebelles syriens marchent main dans la main avec al-Qaida », répète-t-elle).