Hénin-Beaumont : le risque d'une annulation de la législative fait trembler la gauche

Par

Et si Hénin-Beaumont retournait aux urnes pour élire à nouveau son député ? Cette idée effraye la gauche, qui attend avec crainte la décision du Conseil constitutionnel sur le recours du Front national. Une annulation de l'élection serait une « catastrophe », qui « ouvrirait un boulevard à Marine Le Pen », estiment plusieurs socialistes et responsables du Front de Gauche.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Et si Hénin-Beaumont retournait aux urnes pour élire à nouveau son député ? Dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, l’idée effraye la gauche, qui attend avec un mélange d’impatience et de crainte la décision du Conseil constitutionnel sur le recours en annulation du Front national, qui doit intervenir dans les semaines qui viennent.

En juin, le socialiste Philippe Kemel avait en effet battu Marine Le Pen de seulement 118 voix. Mais le Front national avait déposé un recours en annulation. En cause notamment, selon le parti lepéniste : « des distorsions inquiétantes de signatures entre le premier et le second tour dans les bureaux de vote de Carvin et Libercourt », deux des quatorze communes de la circonscription.

Voilà le chaudron Hénin-Beaumont de nouveau en ébullition. Cette semaine, un article de Marianne expliquant que « neuf élections législatives pourraient être annulées », parmi lesquelles la 11e circonscription du Pas-de-Calais, a retourné élus et militants. L’hebdomadaire y annonce la « possible revanche du match Jean-Luc Mélenchon-Marine Le Pen ». Au Conseil constitutionnel, la directrice de communication rappelle que les sages « n'ont pas encore délibéré » et que la décision sera prise « en fonction des rapports d’enquête des magistrats instructeurs ». Il n'empêche, ce recours a fait naître « les plus grandes craintes au sein de la famille socialiste », rapporte La Voix du Nord.