Les Calédoniens exposent leurs divergences à l’Onu

Par

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Devenir indépendant, rester dans le giron français ou inventer une voie intermédiaire. Un peu plus d’un an avant le référendum historique programmé en novembre 2018 sur l’avenir de la Nouvelle-Calédonie, française depuis 1853, les représentants des différents camps, avec toutes leurs nuances, se sont retrouvés mercredi 4 octobre à la tribune de l’Organisation des Nations unies (Onu) devant la commission de la décolonisation qui se tient, comme chaque année en cette saison, à New York.