Un colloque universitaire sur l’islamophobie annulé sous la pression

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

"Certains évoquent même la possibilité de tenir ce colloque dans un lieu perméable à ces pressions, comme une salle privée." 

perméable ? imperméable, non ?

Comme pour l’extrême droite, il nous faut être intransigeants avec ces initiatives 

Ainsi parla la LICRA.

Problème: dans ce douteux combat pour faire interdire une rencontre universitaire, la LICRA se retrouve dans le même camp...Que toute l'extrême-droite !

A leur place, je serais quand même un peu géné...

La position de la Ligue des Droits de l'Homme me paraît beaucoup plus sensée.

Réclamer la censure n'a jamais été, à ma connaissance, un combat progressiste.

Même si, comme je le rappelle supra, certains des invités de ce colloque sont fort peu recommandables...

freiheit-rosa-luxemburg

Hors de l'enceinte universitaire, pourquoi pas ?

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Je viens de vous recommander, Lancêtre, mais n'en prenez pas l'habitude, faut pas déconner !

Merci pour ces rappels précieuX. C'est en effet accablant.

Pour un éclairage contradictoire avec celui de Lancêtre, lire l'article (édifiant) de Pierre Tevanian, "Je suis tombé par terre c’est la faute à Venner, tempête dans un verre d’eau c’est la faute à Caro", publié sur le site Les mots sont importants, dans lequel il s'interroge sur le sens donné par la presse belge, l'Université libre de Bruxelles et les soutiens de Caroline Fourest, à l'action à laquelle Souhail Chichah a pris part (activement) - que même Tariq Ramadan a réprouvée ! - et qui lui a valu d'être congédié de l'université, où il était assistant : "comment se fait-il que l’opération Burqa-blabla n’ait pas été inscrite dans la lignée qui est à l’évidence la sienne : celle des zaps act-up-iens, des chahuts estudiantins, de la performance dadaïste, surréaliste ou situationniste, celle de mai 68, celle de l’attentat pâtissier ? Comment se fait-il que tant de gens aient préféré, au forceps, la faire entrer dans une case qui n’est, à l’évidence, pas la sienne : celle de l’extrémisme de droite, du commando fasciste ou du terrorisme islamiste ?"

Mais bien sur, c'était pour rire. Tévanian s'y connait d'ailleurs, en matière de chahut innocent:

 

https://mobile.agoravox.fr/actualites/politique/article/caroline-fourest-empechee-de-s-122810?debut_forums=100

Personne n'a dit qu'il s'agissait de "rire". Mais vous faites bien de rappeler ce qui s'est passé lors de la Fête de L'Huma de 2012. Si Tevanian n'est pas cité dans le très court billet vers lequel vous renvoyez, on le retrouve en co-signataire avec Saïd Bouamama d'une tribune (également édifiante) publiée à l'époque par Mediapart, "Caroline Fourest, l'incendiaire qui crie 'au feu!'".

Justement, inviter ces quelques personnes "peu recommandables" était l'occasion de confronter leurs idées/croyances/fantasmes avec d'autres spécialistes et universitaires, pour engendrer un débat constructif et mieux comprendre les points de vue.

La censure n'est jamais la solution, en effet, c'est la défaite de la liberté de penser et d'expression.

La société Française, ainsi que ses gouvernants, renoue avec ses vieux démons et régresse dangereusement. On voit se développer l'obscurantisme d'un côté et une forme dévoyée de la laïcité de l'autre - une situation proto-fasciste.

Oui, je ne doute pas que Tévanian ait été prompt à rappeler ici aussi qu'il était dans un registre fort innocent. L'innocence est une seconde nature chez lui.

Voilà qui prouve, en tout cas, qu'il n'a peur de rien: se pointer dans un débat à cinquante et en poussant une bonne gueulante pour en interdire le fonctionnement, il est vrai que c'est parfaitement non-violent. Essayez de faire ça à l'assemblée nationale, pour voir...

Et pour les Femen à poil au Bourget aussi, c'est une atteinte à tous les naturistes non-violents, je suppose?

L’entrisme de l’islam politique est un virus mortifère ! Les premiers symptômes commencent par la volonté de différenciation Et ensuite par la dénonciation du refus d’intégration par la majorité Soldats de l’islam afin d influencer les lois, les règlements Les prières de rue sont des actes politiques quelque soient les obédiences
C est qui la société française ? Je suis pour une laïcité claire et ferme ! Faut-il rappeler que ceux qui nous qualifient d’islamo... Soutiennent des partisans d islam politique régressif interdisant l apostasie estimant qu’une femme est immature à vie que sa part dans la succession est la moitié de celle d un homme....etc...

+1

et alors ? en quoi cela justifie-t-il les autres actes de censure ? En rien, au contraire ça confirme le climat d'étouffoir qui existe en France.

Je précise qu'en ce qui concerne l'interdiction de l'un des débats sur la Palestine, ce fut à l'Ecole Normale Supérieure, dirigée à l'époque par Monique Canto-Sperber. Un comble.

les aveugles ne sont pas ceux que vous pensez.

En effet, cette censure de la liberté d'expression et les formes dévoyées de la laïcité sont les symptômes d'une régression dangereuse de la société française et d'un état très peu démocratique.

La montée des haines, la censure qui se multiplie sont les signes annonciateurs justement d'un état autoritaire et fascisant.

 

en effet, et d'ailleurs le post de OK HADHOK est désopilant, avec tous les clichés radoteurs de la réacosphère sur le "communautarisme" et la litanie des sanglotistes (néo) vieux cons, de Bruckner à Houllebecq. C'est panique dans la France moisie du Printemps républicains, cette bande d'idiots utiles du FN.

Faut il vous rappeler les morts pour la liberté de caricaturer et que ce sont des terroristes se réclamant de l islam qui les ont assassines sans oublier leurs crimes anti sémites
Tiens dites cela à Erdogan
  • Nouveau
  • 05/10/2017 21:11
  • Par

métaphore de la grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite :


Une grenouille nage dans une marmite remplie d’eau. Un feu est allumé sous la marmite de façon à faire monter progressivement la température. La grenouille  nage sans s'apercevoir de rien. La température continue de grimper, l’eau est maintenant tiède. La grenouille s'agite moins mais ne s’affole pas pour autant. La température de l'eau continue de grimper. L’eau est cette fois vraiment chaude,  la grenouille commence a trouver cela désagréable, elle s’affaiblie mais supporte la chaleur. La température continue de monter, jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir. Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50 degrés, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite. Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart de temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.
"Cette thèse se fonde sur l'idée que si l'on plongeait subitement une grenouille dans de l'eau chaude, elle s'échapperait d'un bond. Alors que si on la plongeait dans l'eau froide et qu'on portait très progressivement l'eau à ébullition, la grenouille s'engourdirait ou s'habituerait à la température et finirait ébouillantée."
Bien que l'expérience soit controversée et que la thèse soit sujette à discussion, la parabole de la grenouille qui ne savait pas qu'elle était cuite traduit le phénomène d'habituation et de passivité dans un environnement qui se dégrade progressivement au point de mettre sa propre vie en péril. C'est donc une métaphore qui est souvent utilisée pour dénoncer la passivité de l'homme et inciter à l'éveil des consciences.

 

Lahttp://vadeker.net/humanite/apercu/survivre/syndrome_de_la_grenouille_cuite.html

 

Elle s'applique plutôt au muselage progressif de la parole, non ?

Bien vu. On peut penser que les grenouilles endormies au sein de nos Universités et dans nos Grandes Ecoles  sont déjà des grenouilles mortes. Ainsi meurt la raison laissant place  à la déraison.

C'est légitime de critiquer les exactions de certains musulmans qui ne représentent  qu'une minorité et qui déshonorent l'Islam! Mais celà ne justifie pas l'Islamophobie !Je peux aussi  prétendre que ce colloque ne représente  qu'une infime minorité ,qui ne cherche qu'à pêcher dans les eaux troubles !

L'islam radical dessert en premier lieu les musulmans quiétistes, qui ont toute leur place ici.

Je récuse ce terme d'islamophobie....étymologie :  c'est simplement la peur de l'islam. Un acte ne peut être islamophobe !

 

 

Oui, mais ça se résume en fait à la peur des pratiques radicales de l'islam. J'ai du respect pour tout le monde, pas pour les quidams qui refusent, au nom d'une lecture biaisée de la religion, de s'asseoir à côté d'une femme ou de se faire soigner par un docteur (femme) ou une femme médecin (homme). Jamais je ne l'accepterai, jamais !

Oui et elle n'est pas la seule ici mais il reconnaître que ses articles et autres partis pris souvent brouillons et mal construits d'ailleurs n'ont jamais réellement pour but d'informer mais bien de développer ses thèses (cf article sur l'Imam de la République).

Normalement il y a le blog pour ça. Et justement un abonné avait déjà écrit un billet sur le sujet.

Du coup on se demande à quoi sert l'article.

 

Ce colloque aurait pourtant été bienvenu puisqu'il s'agissait de questionner la notion d'islamophobie, qui est en effet fort critiquable : si on veut être précis, cette notion nomme la peur (phobie) et par extension (indue) la haine de l'islam, et ne peut donc qu'avoir un intérêt politique et militant très faible - par exemple chez les "militants" religieux qui veulent davantage faire reconnaître leur religion, voire des associations religieuses conservatrices qui protestent contre toute critique de l"islam, la critique étant assimilée au blasphème (on sait que les salafistes utitisent beaucoup cette notion). Mais si par contre on veut désigner par islamophobie la discrimination (avérée dans toutes sortes de situations) dont sont victimes les personnes musulmanes (et non une religion qui serait offensée...) en raison du fait qu'ils pratiquent l'islam - ce qui ouvre au combat politique générique contre toute forme de discrimination - je proposerais plutôt anti-musulman ou à la rigueur musulmanophobie. Il me semble que se tromper de mots ici reviendrait à ajouter au malheur du monde.

Pas dans l'enceinte d'une université !

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

blabla que tout ça. Une université reste encore maître chez elle et décide si telle ou telle réunion peut être tenue dans ses murs non?

La censure c'est quand on ne peut s'exprimer nulle part. Or ce n'est pas le cas. 

Ce serait le cas si ce colloque était interdit par principe sur l'ensemble du territoire et ce n'est pas le cas.

blabla donc.

 

Réfléchir à l'université, vous n'y pensez pas !

  • Nouveau
  • 06/10/2017 07:30
  • Par

Encore un article sans aucune objectivité sur un sujet délicat. Si l'université ne veut pas de ce colloque, les organisateurs peuvent l'organiser ailleurs.

L'université n'était pas contre la tenue du colloque et la présidente s'est excusée de son annulation. C'est l'hystérie de la fachosphère et de ses idiots utiles réacsblicains qui ont contraint la présidente à l'annulation sous pressions politiques.

Je ne me prononce pas sur l’interdiction d’un colloque sur l’islamophobie. C’est miné.

Par contre sur des éléments du contenu :

"Parti Egalité et Justice ». Je cite : « qui s’est présentée en France aux élections législatives sous l’étiquette du Parti égalité justice du président turc Erdogan » nous précise tranquillement l’auteure du billet. Comme si c’était un truc tout à fait normal.

Erdogan, proto-dictateur islamiste, nationaliste et mafieux et soutien de daesch puis d’al quaida et consort. Vous savez, "la démocratie c'est comme un tramway, quand on est arrivé on descend". Ah j’oubliais, c’est aussi un Frère Musulman, catégorie champion du monde.

cojep, ditib, pej... officines pro AKP qui ont pour objet d'exacerber le sentiment nationaliste (cf Loups Gris), communautaire et religieux (islam politique) chez les turcs de France et français d'origine turque, et de surveiller, ficher et intimider les opposants au régime. Dont les commanditaires font plus ou moins en Turquie ce que ferait le FN avec tous les pouvoirs en France !

Tout cela navigue dans les eaux troubles de la négation du génocide arménien, de la contestation de l’enseignement de la Théorie de l’Evolution, et rejoint les positions de la "manif pour tous" sur la « théorie du genre » et les homosexuels… Sous un vernis de lutte contre l’islamophobie, fédérateur chez ceux  qui sont victime d’un racisme réel.

La science se passera assez bien ces individus.

Que font Plenel et Médiapart dans cette galère ?

https://www.facebook.com/Cojep.International/photos/a.137950929585703.28924.137947369586059/818774398170016/

Dégât collatéral : les fachos, ceux qui se disent « de souche », seront bien contents de sauter sur l’occasion pour dénoncer l’ « islamisation de la société » qu’ils fantasment, avec la bénédiction du Figaro et de Valeurs Actuelles, pendant que les zozos créationnistes vont jouer les martyrs de l’islamophobie avec la bénédiction d’un des rares médias participatifs et autofinancé.

Se pose alors le problème d’un choix présenté ici comme incontournable entre le camp des officines islamISTES, et le camp des racistes d’extrême droite « de souche ».

Et malheur à celui qui ne se situe ni chez l’un ni chez l’autre, il sera catalogué « gros facho », ou «  islamogauchiste » par les uns ou les autres.

Par cette polarisation, vous soutenez les musulmans et tous ceux que vous assignez à cette identité comme la corde soutient le pendu.

Moi je suis que pour tout le monde puisse s'exprimer. Ce qu'il faut fair dans ce genre cas, c'est aller sur place filmer et rendre compte du truc. Et mettre en ligne toutes les infos.

 

On sent la malaise, y compris chez les commentateurs, quand on veut traiter ces affaires...

Pas compris la question, il y a deux tendances à l'extrême droite ?

Personnellement j'ai choisi depuis très longtemps mon camp, à gauche, et ma tendance, à gauche toute. De plus si je pouvais je serais "juive", "lesbienne", et "franc-maçonne".

il y a deux tendances à l'extrême-droite ?

Disons qu'il y a une concurrence pour conquérir des parts de marchés...

laughing

Dans cette affaire, il y a une extrême-droite, prétendument anti-islam, en réalité anti-arabe, qui veut faire interdire ce colloque.

Hors de question de se retrouver avec ces gens.

Mais il y a aussi, parmi les invités du colloque, des gens tout aussi obscurantistes que ceux qui veulent l'interdire.

Disons que si Le Pen voulait faire interdire une réunion publique de Mégret, ou l'inverse, je serais peu motivé pour soutenir l'un des deux...

Si ces gens sont obscurantistes, pourquoi ne pas les mettre en lumière, justement ? Pourquoi ne pas soutenir le principe d'un débat, face à des gens qui ne sont pas d'accord avec eux ? La censure, c'est la censure, qui que soit le censuré !

De toute façon, Lancetre, pour raviver un peu votre marotte habituelle, Méluche veut virer le drapeau européen du parlement, soutenu en cela par le FN. Est-ce que ça en fait un pro-FN?

Sinon, je vous trouve assez bon sur ce coup, en tout cas, sauf que vous n'allez pas jusqu'au bout de votre logique: il ne s'agit pas de liberté d'expression, il s'agit d'éviter l'onction universitaire à un meeting politique où il est évident que personne n'aurait eu les moyens de questionner sérieusement la pertinence de la notion d'islamophobie. Il n'y a qu'à voir la façon dont Kepel avait été attiré dans une embuscade du Bondy Blog, avec quatre interlocuteurs qui lui balançaient en boucle qu'il était islamophobe.

D'autant qu'à la suite de ce genre de hold-up, les esprits simples adeptes du copier-coller qui pullulent sur Médiapart, auraient dégainé les actes du colloque à longueur de commentaire en se prévalant de l'élémentaire rigueur scientifique.

Regardez aussi comment le billet de blog consacré au même sujet vire à l'antisémitisme, sous l'impulsion de la sempiternelle Stephane M.

C'est un chantage inacceptable qu'il convient de dénoncer comme tel: ces gens ne sont victime que de leur propre tactique de confisquer la critique. C'est un peu comme si les créationnistes venaient plaider pour la création d'une chaire. On ne peut avoir aucune illusion sur le type de neutralité qui aurait été mise en œuvre. Si l'on veut vraiment organiser un colloque équilibré sur ce sujet, je serai le premier à applaudir car j'aimerais beaucoup avoir un débat de qualité sur ces questions.

N'oublions pas, cependant, que certains intervenants n'auraient pas seulement vu leur crédibilité menacée mais aussi leur vie, car daesh met en bonne place sur ses listes noires ceux qui ont les moyens intellectuels de porter la contradiction sur ces questions. Alors qu'en face, c'est tout bénéfice de paraitre à la tribune des défenseurs de la religion des opprimés. Sans compter justement le soutien empoisonné du FN qui aurait marginalisé encore plus toute personne susceptible de porter la contradiction.

Donc, non seulement ces gens se posent en victime mais ceux qui ne veulent pas le voir, et le dire, font sciemment leur jeu. Suivez mon regard...

Pas un mot n'a été écrit sur la mort des deux jeunes filles (autour de 248 morts depuis 2011 à cause des attentats !). 

Rectificatif : deux dépêches Reuters...

Pourquoi ça frise?

Je suis un ami des moutons et des caniches. Sauf ceux qui bêlent à l'islamophobie ou obéissent à l'injonction de tolérer l'intolérable.

Elle est belle la France pays des soi-disant "droit de l'homme", quel est le problème aujourd'hui avec l'islam???? pourquoi ne pas interdire les réunions de tous ces crépuscules d'extrême droite y compris du front national, notre chère France n'est plus ce qu'elle fût jadis, au lieu de se focaliser sur l'islam et le musulman nous ferions mieux de descendre dans la rue tous unis défendre nos droits à pouvoir vivre décemment de notre labeur mais les français sont des veaux... 

Pourquoi personne ne s'inquiète de la Palestine et de ce qui s'y passe ah j'oubliais attention pas touche à l'état hébreu, pourquoi ne pas se poser les bonnes questions sur la Syrie, L'Irak et la Libye dénis de vérité, ce boomerang qui nous est revenu à la figure eh bien ne vous en déplaise nos responsables politiques sont les seules responsables...Bientôt si cela continu les musulmans de France et d'ailleurs finiront comme les noirs aux Etats-Unis ou bien qui sait comme les juifs avec les allemands...

En tout cas je suis solidaire de tous ceux et toutes celles qui ont perdu un être cher dans les attentats en France et dans le Monde, et aussi à tous les opprimés de cette planète quelqu'en soit l'origine, la conviction religieuse, je combattrais toute ma vie les fascistes, les racistes...

Vive la liberté

Ramassis dinepties

 

les français sont des veaux... 

Calibrez vos propos, monsieur. Avez-vous un jour jamais lu dans ces colonnes que les Arabes sont des chèvres ?

C'était une erreur homophone: à l'origine la phrase était les français sont dévots mais elle a été mal entendue.

Et maintenant, avec Fourest et l'islamophobie, cela devient un erreur homophobe.

Pour le reste:

Bientôt si cela continu les musulmans de France et d'ailleurs finiront comme les noirs aux Etats-Unis ou bien qui sait comme les juifs avec les allemands...

Voilà ce qui s'appelle éclairer un débat...

C'est Charles de Gaulle lui-même qui qualifia ainsi les Français !

C'est pas ce qu'il a fait de mieux !

C'est une grave erreur que d'empêcher la liberté d'expression. Cela ne fait en rien diminuer le communautarisme, bien au contraire.

Il fallait au contraire venir filmer la conférence, et poser des questions gênantes, puis mettre en ligne le tout.

Ainsi on aurait vu, que en effet, ces gens sont complaisants avec l'islamisme politique.

Plus il y aura de preuves disponibles, plus la parole politique des "anti-islamophobes" sera perçue comme ridiculement idéologique.

Et plus la critique acerbe des "laïcards" envers l'Islam sera non seulement légitimée, mais crédible.

Pour l'instant, ils ne passent que pour des censeurs hystériques, voire pire ils justifient symboliquement l'accusation de "phobie".

Qui veut faire l'ange fait la bête ! L'université n'a pas à laisser entrer en ses murs " le cheval de Troie du Communautarisme "  ! Combien d'âmes généreuses et innocentes ne voient pas comment  l'islamisme extrême, sous prétextes de débats, s'infiltre insidieusement dans notre système démocratique.

Combien de faux-aveugles n'ont pas voulu voir la montée du national fascisme dès 1933 en Allemagne?... Combien de faux-aveugles aujourd'hui ne veulent, à nouveau, rien voir..n'ont-ils pas des yeux comme Houellebeck, de Kamel Daoud, de Boualem Sansal et de quelques autres...

Ne voyez-vous pas que vous êtes manipulés ?

je lis dans l'article : l’établissement « cautionne les thèses et les idées totalitaires de l’islamisme politique ». La question est simple, Oui ou non ? La présidence de l’Université soutient-elle « un raout islamiste » ou encore « une manifestation politique extrémiste, travestie en communication scientifique ».

Je site à nouveau l'article :

L’attention s’est déportée vers les autres membres de la liste des participants... une partie d'entre eux est accusée par ces différents réseaux d’être des chevaux de Troie de l’islamisme, donc indignes de prendre la parole dans un tel événement... plusieurs des intervenants sont ainsi jugés coupables d'être proches de l'islamologue Tariq Ramadan. Certains – sans qu'aucune preuve soit apportée – seraient des agents des Frères musulmans.... L'un des participants, Souhail Chichah, rattaché à l’Université de Lyon-2, est discrédité pour avoir protesté lors d'une intervention de l'essayiste Caroline Fourest à l'Université libre de Bruxelles. 

Le président de la CRI, Abdelaziz Chaambi, ancien dirigeant fondateur des éditions Tawhid décrites comme publiant « la propagande des Frères musulmans », est accusé d’être fiché S. Même regard sur Djamila Farah, responsable de la CRI, « militante acharnée contre la loi de 2004 sur les signes religieux à l’école », qui s’est présentée en France aux élections législatives sous l’étiquette du Parti égalité justice du président turc Erdogan.

Voilà donc un échantillon des belles personnes que l' Université française se devait d’accueillir ! Pour quel débat de dupes ?

Pas la peine de publier deux fois le même commentaire !

  • Nouveau
  • 06/10/2017 16:07
  • Par

UCe qu'on souhaiterait savoir, c'est combien de participants non universitaires étaient prêts à défendre le point de vue de l'instrumentalisation de l'islamophobie?

S'il s'agissait juste d'un raoult destiné à donner une caution universitaire aux thèses du pIR, il n'y a pas de quoi pleurer. Si c'était vraiment un débat ouvert et pluraliste, dommage qu'il n'ait pas eu lieu.

A la lecture de l'article j'ai cependant l'impression que la première hypothèse tient la corde.

Ce commentaire a été dépublié par son auteur.

Vous voulez dire le débat sponsorisé par l'Arabie Saoudite?

Tiens, au fait, si vous nous donniez une définition de l'islamophobie?

Je suis très gêné par cet article totalement à charge et plutôt aux principes obscurs ou trop clairs.

Un article de presse n'est pas uniquement à charge sinon ce n'est que l'opinion de son auteur  : c'est alors une tribune pas un article...

J'aurai aimé avoir une information nette et claire sur certain-e-s participant-e-s à ce colloque aux idées et surtout aux actions condamnables : prôner la liberté d'expression alors qu'on la refuse à d'autres ou que l'on participe à des réunions troublantes...C'est limite non ?

Rapprocher des associations laïques de l'extrême droite...un peu court comme argument...

Cet article n'apporte rien au débat puisqu'il n'ouvre aucune porte : il les ferme et reprend pour son propre compte les arguments qu'il condamne.

Donner des leçons à longueur de lignes alors que son auteur semble incapable d'instaurer un débat.  Là cet article aurait eu un intérêt !

Grosse fatigue ! les arguments se répètent comme dans  un moulin à prière. Le fait religieux reprend du poil de la bête partout dans le monde avec son lot d'obscurantisme et de méfaits. Bravo !

À propos, je rappelle l'existence de l'article 18 de la DUDH 48, qui devrait nous guider à propos de ces questions.

 

Il n'y a pas des mosquées, à Lyon ? (mais les musulmans raisonnables n'apprécieraient peut-être pas que les islamistes et les islamofoutraques viennent y faire leur propagande)

Morbleu, vous voulez mettre les musulmans dans des mosquées? C'est odieux...

C'est fou le ramassis d'ordures lues depuis 2, 3 jours sur les reseaux sociaux, les sites de media qui traitent de cette annulation de colloque scientifique. Ce pays est malade. 

Le "miracle" de l'internet, comme le soulignait Éco, c'est qu'il met le dernier des décérébrés en mesure de prendre directement à partie un prix Nobel.

Vous savez, au moment du 11 Septembre, je consultais régulièrement oumma.com, ancienne version. Depuis, ils ont fait le ménage.

Mais c'est comme ça que j'ai appris que les Twin Towers, c'était un coup du Mossad. Du coup, croyez-moi, la connerie vue sous son angle épidémiologique ne me surprend plus guère.

Bah, on lit à longueurs de commentaires ici que l'Ukraine, c'est un coup d"état nazi financé par la CIA et que Assad est le seul rempart contre des terroristes également financés par l'Empire. Un site n'est pas responsable de la connerie de ses commentateurs ni de ses blogueurs.

Il ne me semble pas que Mediapart était visé particulièrement mais la question est plus complexe que vous ne le pensez et mériterait une réflexion particulière. 

 

Le monde de l'atermondialisme est un univers merveilleux. On y fustige et voue aux gémonies Caroline Fourest mais on y accueille sans complexe Houria Bouteldja dont je rappelle qu'elle qualifie les homos de "tarlouzes", les mariages mixtes d'horreur, nie aux blancs le droit de lutter contre le racisme, veut envoyer les sionistes au Goulag et a pour idole Ahmadinejad, antisémite notoire et assumé. Quand celui-ci déclara devant un parterre d'étudiants de l'Université Columbia (Ahmadinejad était à NY pour l'assemblée générale des  Nations unies) qu'en Iran il n'y avait aucun problème avec les homosexuels parce des homosexuels il n'y en avait pas, Houria eut, c'est elle qui l'a dit, le cerveau transpercé. Et c'est cette dame que ATTAC a invité dernièrement à son université d'été!!!! 

Quant à l'islamophobie, ceci. Les attentats au nom de l'islam ont causé la mort de 241 personnes depuis janvier 2015. A ce jour, et il faut s'en réjouir, pas un seul musulman n'a été tué parce que musulman. Le 11 janvier 2015 4 millions de personnes sont descendues dans la rue et pas un seul mot de haine envers les musulmans ou l'islam n'a été entendu.

En revanche, l'accusation d'islamophobie a coûté la vie à une partie de la rédaction de Charlie. C'est cette même accusation qui fait que bon nombre de journalistes, d'intellectuels et écrivains vivent sous protection policière. Cette gauche altermondialiste a-t-elle jamais eu un mot de soutien à, par exemple, Salman Rushdie? Non, bien sûr que non! John Le Carré avait même dit, en substance que c'était bien fait pour sa gueule, et Cat Stevens devenu Yussuf Islam était même prêt à le tuer. L'a-t-on entendue lors de l'affaire Ilan Halimi, ou quand les enfants de l'école juive furent abattus par Mohamed Merah, ou encore quand on tua des Juifs parce juifs à l'Hyper Cacher? Non!

Combien d'intellectuels ayant conchié la religion chrétienne (et même juive) vivent sous escorte? Aucun, et c'est tant mieux parce que les affectifs de l'armée US ne suffiraient pas.

Dernière chose. C'est, entre autre, sous l'impulsion de la LDH que le bouquin posthume de Charb sur "Les escrocs de l'islamophobie", un bouquin tout sauf raciste et anti-musulman, est interdit de lecture un peu partout.

J'ignorais ce dernier fait. Pourriez-vous nous en dire un peu plus?

S'agissant de Le Carré et Rushdie, leur querelle est désormais éteinte:

http://bibliobs.nouvelobs.com/actualites/20121115.OBS9615/rushdie-et-john-le-carre-fument-le-calumet-de-la-paix.html

Merci, en tout cas d'avoir rappelé quelques évidences.

charlie-sur-de-programmation-1

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il s'agit d'une coupure de article sur deux pages publié par Charlie le 27 septembre dernier à ropos des déprogrammations en chaîne du spectacle tiré du bouquin de Charb.

 

et parce que Charlie l'affirme, on est obligés de les croire??? AU sein de la LDH, il y a l'observatoire de la liberté d'expression qui s'oppose à toute censure d'une œuvre. SI c'était vrai, il se serait emparé du dossier. C'est du mensonge pur et simple et de la diffamation.

J'ai vérifié. Il y a bien eu quelque chose au niveau d'une section locale:

http://www.leparisien.fr/culture-loisirs/inspire-d-un-texte-de-charb-un-spectacle-reporte-a-lille-et-refuse-a-avignon-28-03-2017-6804231.php

L'annulation de cette manifestation est une erreur et une bêtise.

Les "phobies" reposent sur une part d'irrationnel, elles requièrent une approche dialectique et donc la confrontation, cette dernière trouvant son terrain naturel à l'Université.

L'université doit permettre le débat contradictoire mais ne doit pas permettre à des révisionnistes fascisants de venir salir la mémoire des victimes du fascisme par leur seule présence (expression FN à Strasbourg) ou de faire de l'université la complice passive d'une entreprise de destruction délibérée du rationalisme scientifique sans même se parer des gages de laïcité et d'objectivité nécessaires, au risque de scinder le milieu académique et de compromettre les intérêts stratégiques de la France (visite tapis rouge déployé dudit Dalaî Lama à l'Univ. de Strasbourg et au laboratoire ISIS en Sept 2016).

L'essentiel est en fait de savoir si le label recherche est susceptible d'être appliqué à ce colloque, car c'est ce qui était initialement prévu.

Et de ce point de vue, malgré une conception un peu lyssenkienne des choses, c'est à l'autorité universitaire d'apprécier si l'évènement est conforme ou pas à l'attribution de ce label, et pas à des pékins plus ou moins bien renseignés.

Voilà ce que dit la Présidence de l'Université Lyon 2 dans un courriel adressé aux profs:https://static.mediapart.fr/etmagine/default/files/2017/10/15/pre-sident-lyon-2n.jpg?width=960&height=844&width_format=pixel&height_format=pixel

  • Nouveau
  • 11/10/2017 07:21
  • Par

Je dois dire que cette phrase m'interroge dans l'article:

"Ce colloque reposait sur le pari de laisser s’exprimer des propos, même outranciers "

Je ne crois pas qu'une institution scientifique doive "parier" sur une manifestation où l'outrance est envisagée. 

Bien vu. L'Université n'est pas un groupe de parole...

Bien vu, l'université n'a pas à être un lieu de censure..

Vous confondez l'Université avec le festival d'Avignon. Remarquez, ça ne m'étonne pas vraiment, vous êtes plus théâtral qu'académique...

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous