Nouvelle-Calédonie: le calme avant le référendum

Par
Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

Mediapart fait le choix d'un participatif sans modération a priori, merci de respecter notre charte. La rédaction peut mettre en valeur certains commentaires et se réserve le droit de supprimer tout commentaire hors sujet, répété plusieurs fois, promotionnel ou grossier.

Tous les commentaires

Merci de nous rappeler ce scrutin qui me semble bien oublié par les media en général. C'est loin la Nouvelle Calédonie...

L’Etat français a plus d’un tour dans son sac...

Au vu de l’émission de mercredi dernier sur France Ô apparaît nettement l’activisme de la droite caldoche pour maintenir un statut quo qui la satisfait  amplement. Si elle prône le vivre ensemble et la paix c’est avant tout pour ne pas avoir à changer grand chose sur le fond.

Pour information: 8 fois plus d’enfants de caldoches que de kanaks poursuivent des études.

Heureusement que ce grand démocrate de Valls a été nommé par Macron pour veiller sur la régularité du scrutin!!

Un crétin pour un scrutin..

Ca pullule les sales types, en France !

  • Nouveau
  • 06/10/2018 09:13
  • Par

"Dans le même ordre d'idées, les politiciens loyalistes, qui espèrent 80 % de « non » le 4 novembre et qui appellent à ce qu'il n'y ait « qu'un seul référendum » (contrairement à ce que prévoient les accords de Matignon-Oudinot et de Nouméa), prennent le risque d'humilier leurs adversaires indépendantistes."

C'est tout de même incroyable cette propension bien Française a négocier puis faire voter et signer des textes , pour ensuite tout mettre en œuvre pour ne surtout pas les appliquer.

À bas la france !

Il n’y a pas d’effervescence parce que la plupart sont conscients du fait que le résultat du référendum ne fait pas de doute et qu’il faudra bien gérer « l’après ».

Le fait que les accords de Matignon aient prévu qu’il puisse éventuellement y avoir un deuxième, voire un troisième référendum était une bonne idée : une partie de ceux qui seront déçus du résultat, c’est à dire les indépendantistes, pourront se raccrocher à l’idée qu’un autre leur donnera une majorité. Mais pour cela, il faudrait que la victoire du non soit d’une ampleur limitée, inférieure à 60% sans doute.

A défaut, certains pourraient être tentés par la violence, ce d’autant plus que les dirigeants du FNLKS se sont bien gardés d’expliquer à la jeune génération que le non pouvait l’emporter. Ceux qui disent vouloir viser 80% de non sont des irresponsables qui jouent avec le feu.

"« Laurent Wauquier, le seul président de parti à avoir fait le déplacement en Nouvelle-Calédonie afin de faire valoir son point de vue, tandis que Jean-Luc Mélenchon et les autres hommes de gauche sont restés à Paris, sans se préoccuper de la Nouvelle-Calédonie ».

Déjà ,Laurent Wauquier un homme de gauche ! Rions mes frères et mes soeurs!laughing

FAUX; on en pense ce qu'on veut ,mais Mr Asselineau PRÉSIDENT DE L'UPR a fait Le déplacement ;     ( qui n'est pas non plus un homme de gauche, mais a un programme que la gauche aurait pu avoir, reconnaître l'échec de l'UE)

https://www.youtube.com/watch?v=aAugBxdLzD4&t=422s

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous