À Marseille, trois ans après les effondrements, le nombre d’immeubles en péril continue de grossir

Par Julien Vinzent (Marsactu)

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Qui a dit que la crise de l’habitat indigne était terminée à Marseille ? Certainement pas l’adjoint au maire délégué au logement, qui a actualisé les compteurs lors d’une conférence de presse la semaine dernière : depuis les effondrements de la rue d’Aubagne le 5 novembre 2018, environ 800 immeubles ont été frappés d’arrêtés de péril et le rythme se maintient à une trentaine de nouveaux arrêtés par mois.