André Vallini accusé de harcèlement moral

Le sénateur de l'Isère, proche de Hollande, est accusé par une de ses anciennes assistantes de «licenciement abusif, discrimination et harcèlement moral». La décision des prud'hommes de Grenoble est attendue mi-février.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

André Vallini se serait bien passé de cette publicité. Proche de François Hollande, le sénateur socialiste de l'Isère le conseille sur les questions de justice depuis de longs mois, et fait figure de favori pour le poste convoité de garde des Sceaux, si la gauche l'emporte en mai. Mais, d'ici là, celui qui s'est rendu célèbre en présidant la commission Outreau, pourrait lui-même être condamné par un tribunal. En l'occurrence le conseil des prud'hommes de Grenoble, saisi par une de ses ex-collaboratrices pour «licenciement abusif, discrimination et harcèlement moral».

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal