Pas besoin de réformer la légitime défense des policiers, affirme le Défenseur des droits

Par

Le projet de loi alignant sur les gendarmes les cas où les policiers pourront tirer doit être examiné ce mardi 7 février par l’Assemblée. Le Défenseur des droits critique ce texte.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’est un « un texte issu d’une colère », a lancé, mardi 31 janvier 2017, le ministre de l’intérieur (PS) Bruno Le Roux lors des vœux du syndicat Alliance au Paradis latin (Paris). Adopté le 24 janvier en première lecture par le Sénat, le projet de loi sur la sécurité publique élargit les cas où les policiers pourront faire usage de leurs armes, au-delà du strict cadre de la légitime défense. Il doit être examiné à partir du 7 février par l’Assemblée nationale en procédure accélérée.